1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vers une réforme a minima des régimes spéciaux de retraite ?
Le Parisien04/03/2019 à 17:35

Vers une réforme a minima des régimes spéciaux de retraite ?

C'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron : supprimer les régimes spéciaux de retraites... Pas si sûr ! Si l'on en croit un texte de travail envoyé aux partenaires sociaux, et que nous nous sommes procuré. Certaines spécificités pourraient en effet être maintenues. Hautement explosive, la question s'invite à la table des discussions menées en vue de la préparation du futur « système universel » de retraite par points.À partir de lundi, syndicats et patronat vont défiler à tour de rôle dans le bureau de Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites qui mène les concertations depuis un an. Avec au menu le maintien, ou non, des départs avant 62 ans accordés aux agents des 42 régimes spéciaux (RATP, Banque de France, Opéra,...) et à certains fonctionnaires des catégories dites « actives » (policiers, surveillants de prison, militaires...). Au total 765 000 personnes sont concernées à ce jour.Une bombe politique que le haut-commissaire manie déjà avec la plus grande prudence. La réforme de 1995 et les trois semaines de grève obligeant Alain Juppé à enterrer son projet suffit à en mesurer la dangerosité sociale. Jean-Paul Delevoye est déjà en opération déminage : « Tout le monde oublie que les régimes spéciaux ont déjà été réformés. Le pas qui reste à faire est abordable », aime-t-il à répéter, tout en se gardant de dévoiler les options retenues qui ne seront connues qu'à la fin du mois de mai. La présentation interviendra après les élections européennes, avec les arbitrages gouvernementaux en vue de la rédaction du projet de loi examiné sans doute cet été au Parlement.Pas de grand soir en perspectiveAvancer masqué tout en prenant le pouls de ses interlocuteurs, c'est la méthode déroulée par le diplomate Delevoye. Une prudence qui ressort aussi dans le document de travail soumis aux partenaires sociaux pour aborder la périlleuse question du devenir « des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    06 mars23:52

    Jean-Paul Delevoye a indiqué que les fonds d'environ 66 milliards de l'AGIRC/ARRCO serviront pour tous et donc à financer les déficits des autres !!!! RAL LE BOL

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer