Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vers une nouvelle taxe pour l'électroménager

Le Figaro01/12/2011 à 12:35
Après l'écoparticipation, les appareils ménagers pourraient entrer dans le périmètre d'un dispositif de bonus-malus écologique qui financerait l'achat d'appareils peu énergivores pour les plus démunis.

Après l'automobile, les appareils électroménagers ? Selon le Parisiende ce jeudi, les lave-linge, téléviseurs, climatiseurs et autres lampes pourraient en effet être bientôt soumis à leur tour à un système de bonus-malus que la ministre de l'environnement Nathalie Kosciusko-Morizet annoncerait lundi prochain (le 5 décembre). Selon nos informations, ce dispositif permettant de financer des bons de réduction sur les appareils les moins énergivores, pour les ménages les plus défavorisés, serait une «véritable usine à gaz» et les services de Bercy y seraient plus que réticents. Au ministère de l'écologie, on affirme «qu'il s'agit d'arbitrages engageant une série de mesures» et que «rien n'est tranché».

Sur le papier, le principe peut paraître simple : pour chaque de gros électroménager acheté, une taxe de 0,02 euro par kWh serait appliquée. Les recettes ainsi récoltées (estimées à près de 124 millions d'euros selon l'Ademe, l'agence à l'origine du dispositif) seraient reversées aux foyers défavorisés sous forme d'un «chèque vert» de 150 euros qui sera destiné à financer l'achat de réfrigérateurs et de congélateurs les moins gourmands en énergie (classe A +++ et A ++). Mais, inconvénient immédiat de la mesure : les appareils les plus économiques sont généralement plus chers et seraient donc plus pénalisés !

Le consommateur, principal contributeurSi les termes de « contribution de solidarité énergétique » et de « bonus de solidarité énergétique » sont évoqués, le dispositif semble toutefois bien différent de celui du bonus-malus écologique mis en place dans le secteur automobile depuis 2008. Dans le cas des voitures, l'État et les acquéreurs de véhicules les plus polluantes financent ensemble le dispositif. En 2010, cette écotaxe a coûté environ 710 millions d'euros aux pouvoirs publics, et quelque 500 millions en 2011 (les conditions d'octroi du bonus ont été durcies le 1er janvier 2011, et le seront de nouveau l'année prochaine).

Au contraire, dans le cas de l'électroménager, c'est bien le consommateur qui devrait mettre majoritairement la main à la poche. Aucun malus n'est prévu en cas d'achat d'appareils très énergivores, tous les produits étant taxés à la même hauteur. Le bonus concernera seulement les foyers éligibles aux tarifs sociaux et de l'électricité, pour les inciter à acheter les appareils les moins consommateurs d'énergie. Selon l'Ademe, cette nouvelle taxe coûtera au consommateur en moyenne 5,8 euros pour un réfrigérateur, un congélateur, un lave-linge ou un lave-vaisselle, et jusqu'à 30 euros pour un climatiseur. Parmi tous les produits entrant dans le périmètre de la nouvelle taxe, ce sont les lampes qui rapporteront le plus (près de 69 millions d'euros par an). La facture pour l'État devrait rester limitée à 15,2 millions d'euros.

«C'est le consommateur qui va payer pour cette mesure», s'inquiète pour sa part Eric Surdej, le président de LG France, qui souligne que « le parc installé d'appareils électroménagers consomme encore trois à sept fois plus d'électricité que les modèles les plus récents». Autrement dit, un ménage qui accepte de payer un appareil environ 5 à 10 % plus cher pour un appareil affichant une performance énergétique A ++ et au delà, voit sa consommation d'électricité réduite en moyenne de 30 % pour cet équipement (par rapport à l'ancien). «Le principal intérêt de ce dispositif est d'inciter le consommateur à réfléchir à ce qu'un appareil consomme, au moment de l'achat», ajoute Eric Surdej.

Rappelons que les appareils ménagers et électroniques sont déjà soumis depuis 2006 à l'« éco-participation » ou éco-contribution, qui finance le coût de collecte et de recyclage des déchets électriques et électroniques (0,01euro pour un téléphone portable par exemple, 13 euros pour un réfrigérateur).

LIRE AUSSI :

» Auto : le système de bonus malus écologique se durcit

» L'écologie bouleverse le monde de l'électroménager


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.