Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vendre des terrains publics à bas prix est plus compliqué que Duflot le croyait

Le Figaro08/01/2015 à 07:00

Pour l'instant, seuls 110 terrains publics sont identifiés comme prioritaires à la vente. Les 12 premiers terrains déjà vendus doivent permettre la création de 3.000 logements dont 2.000 à vocation sociale.

Pour doper la construction de logements, l'État a décidé de débloquer des terrains publics à bas prix. Mais la procédure est complexe et prendra bien plus de temps que prévu. Dès septembre 2012, la ministre du Logement de l'époque, Cécile Duflot, mettait en avant cette idée et promettait des résultats impressionnants. Il était alors question de plus de 900 sites appartenant à l'État (casernes, commissariats, terrains ferroviaires...) qui pourraient être vendus avant 2016 pour permettre jusqu'à 110.000 créations de logements à cet horizon. Des terrains cédés peu cher (avec une décote de 25 à 100%) en échange d'engagements importants sur le logement social.

Mercredi lors de la remise officielle à la ministre du Logement, Sylvia Pinel, du rapport sur la mise en œuvre de cette politique de «mobilisation du foncier public», le ton était différent. Il a, certes, été question «d'accélération de la dynamique» et de «phase opérationnelle» mais les objectifs sont désormais bien moins ambitieux. Pour l'instant, c'est une liste de 110 terrains publics prioritaires qui ont été identifiés par les préfets et qui devraient être vendus «majoritairement avant la fin 2015».

L'Etat compte notamment sur la Commission nationale de l'aménagement, de l'urbanisme et du foncier (CNAUF), présidée par le spécialiste du logement social Thierry Repentin, pour débloquer ces dossiers souvent complexes. Mise en place en juillet 2014, la Commission a désormais à son actif 11 ventes de terrains de l'Etat ainsi qu'une vente de terrain ferroviaire. Ces terrains ont été vendus pour 25 millions d'euros au total alors qu'au prix du marché, ils en valaient 27 millions de plus. L'ensemble doit permettre la création de 3.000 logements dont 2.000 logements sociaux avec notamment la transformation prévue de la caserne Mellinet à Nantes en quartier de 1500 logements ou la récupération d'un terrain de réseau ferré de France à Mantes-la-Jolie devant accueillir 270 habitations.

«Toutes ces ventes ont été réalisées avec des décotes supérieures à 25%, le maximum qui était toléré avant la loi de mobilisation du foncier public de 2013, rappelle Thierry Repentin. Cela prouve l'utilité du dispositif. Mais il crée une telle rupture dans les politiques publiques qu'il faudra sans doute 3 ou 4 ans pour qu'il rentre totalement dans les mœurs.» Pour remplir ses objectifs, la CNAUF compte sur la pédagogie afin de mieux présenter le dispositif à des collectivités locales qui ne sont pas toujours, et c'est un euphémisme, avides de logements sociaux. Il lui reste aussi à mener un gros travail sur Paris où le potentiel est important et où il faut notamment débloquer un dossier sur la cession d'un terrain de la DGCCRF dans la quartier de la Mouzaia (XIXe).

Logements de douaniers à réhabiliter

Les mécanismes de ventes de ces terrains pourraient évoluer. L'origine des terrains qui est appelée à s'élargir. Après les propriétés de l'Etat, de Réseau ferré de France, de la Ratp et de Voies navigables de France, un décret du 30 décembre 2014 permet de vendre également les terrains des hôpitaux en attendant ceux des établissements publics d'enseignement supérieur.

Initialement l'acheteur devait s'engager à construire en 5 ans mais l'expérience a montré que ce délai était trop court pour les programmes les plus ambitieux. Il est maintenant possible d'obtenir des dérogations. Ainsi, la vente de la caserne de Nantes s'est faite en levant cette contrainte des 5 ans, qui était impossible à respecter pour un quartier complet.

Thierry Repentin voudrait aussi étendre le dispositif à des logements à réhabiliter. Jusqu'à présent, la loi ne concerne que les terrains nus et les bâtiments à restructurer totalement, mais il s'est rendu compte qu'il existe aussi un important gisement de logements vides de douaniers ou de gendarmes qu'il suffirait de réhabiliter pour les rendre habitables.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.