Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Utiliser un véhicule représente un coût de 3300 euros par ans

Le Figaro25/01/2014 à 14:00

INFOGRAPHIE - Le carburant compte pour 45% du budget total, devant l'assurance ou l'entretien. L'utilisation d'un véhicule adapté à ses usages permettrait de réduire sa facture annuelle de 10%.

La voiture coûte cher à l'usage. Chaque année, l'utilisation d'un véhicule représente 3300 euros de dépenses pour son propriétaire. Ce sont les conclusions du comparateur de coûts QuelleAutomobile.fr, sur la base de 30.000 simulations d'internautes réalisées sur leur site sur les neuf premiers mois de 3013. Le carburant compte pour près de la moitié de ce budget, à 1500 euros en moyenne par an. L'assurance coûte 620 euros, et l'entretien 460 euros. Le reste des dépenses correspond aux frais de stationnement, de péage, de carte grise ou de crédit. «Malgré cela, près de 70% des personnes interrogées utilisent quotidiennement leur voiture pour aller au travail», note Jérôme Calot, directeur d'activité du site. L'enquête ne détaille cependant pas les variations de ces coûts selon que l'utilisateur roule en diesel ou à l' essence, et vit en zone urbaine ou rurale.

budget automobile

L'enquête s'est également intéressée aux perspectives d'achats en 2014. Si les motorisations diesel devraient maintenir leur suprématie en équipant près de 70% des véhicules achetés cette année par les personnes interrogées, les motorisations essence sont en perte de vitesse. Elles représentent 16,5% des intentions d'achat sur l'année qui vient, alors qu'elles correspondent à près de 30% des véhicules actuellement immatriculés. Cette chute des voitures à essence se fait au profit de nouvelles motorisations présentées comme plus propres: l'hybride, qui constitue 0,8% du parc automobile des personnes interrogées, représente 6,7% de leurs intentions d'achat. «On observe principalement une poussée de l'hybride, assure Jérôme Calot. Il correspond très bien à un usage urbain, pour des déplacements courts à moins de 60 km/H. Il permet de faire d'importantes économies sur le carburant qui est le principal poste de dépense d'un automobiliste.» Le GPL devrait représenter 4,1% des achats cette année, contre 0,2% de voitures actuellement équipées. Enfin, seules 3% des personnes interrogées ont l'intention d'acheter une voiture électrique, alors qu'elles ne se sont toujours pas imposées en France. «Le véhicule électrique rencontre encore des problèmes d'autonomie, même si l'on observe des améliorations notables, explique Jérôme Calot. Il y a également un problème de maillage du territoire en terme de bornes de rechargement, surtout en dehors des grandes agglomérations.»

Poussée de Dacia

En termes de marques envisagées à l'achat, Renault trust les deux premières devant Peugeot. La poussée de Dacia se confirme. La marque low-cost de Renault arrive en effet en deuxième position, avec 8,4% des intentions d'achats, et s'approche des 5% de parts de marché sur les véhicules particuliers en France. «Cette percée correspond tout à fait au besoin de certains conducteurs de réduire le budget alloué à leur voiture, à l'achat et à l'utilisation», estime Jérôme Calot.

Enfin, l'enquête estime que les conducteurs pourraient économiser 330 euros par an sur l'usage de leur voiture, s'ils en possédaient une plus adaptée à leurs usages. «On se focalise souvent sur le carburant, mais il est possible de faire des économies sur chacun des postes de dépenses. Par exemple, on devrait beaucoup plus faire jouer la concurrence sur les assurances, comme on le fait sur les forfaits téléphoniques», conclut Jérôme Calot.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.