Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une nouvelle formule pour bâtir des HLM

Le Figaro06/02/2012 à 18:38
L'usufruit locatif social a permis de bâtir 1200 logements sociaux l'année dernière.

Dans quelques jours, la résidence Eiffel Horizon à Suresnes, en région parisienne, sera livrée. Sur les 32 appartements, 15 sont des HLM, financés par une formule originale: l'usufruit locatif social. Concrètement, les propriétaires ont acheté ces logements en nue-propriété. «Cela signifie qu'ils ne peuvent pas occuper ou louer ces appartements pendant quinze ans, explique Frédéric Goulet, directeur général de Perl, une société spécialiste de ces montages. En contrepartie, ils n'ont payé ces biens que 60% de leur valeur.» L'opérateur de logement social, SA Codelog, a déboursé les 40% restants. À ce prix-là, il va loger pendant quinze ans des locataires à des tarifs HLM et procéder aux mille et une réparations indispensables.

À l'heure où tous les candidats à la présidentielle rivalisent d'idées pour construire plus de logements sociaux, voilà une nouvelle piste assez peu explorée. Autorisée par la loi Borloo de 2006, cette formule se développe lentement. En 2011, 1200 logements ont été réservés grâce à elle. Depuis sa création il y a quelques années, Perl en a vendu 2500 sur ce principe. Pour l'instant, une poignée d'élus a testé la formule sur son territoire. Dans le lot, on trouve des maires PS (Gérard Collomb à Lyon, Gilles Catoire à Clichy…) comme des premiers édiles UMP (Christian Estrosi à Nice, Patrick Balkany à Levallois-Perret…).

Revente possible

Si les politiques ne sont pas plus nombreux à s'engouffrer dans la brèche, c'est qu'elle nécessite du courage. «Il faut expliquer à l'opinion publique qu'au bout de quinze ans, les locataires de ces logements sociaux seront peut-être obligés de déménager si les propriétaires veulent récupérer leur bien», souligne Frédéric Goulet. Or, même si les locataires ont l'assurance d'être relogés dans le parc HLM à condition de ne pas être au-dessus des plafonds de ressources, cette obligation de quitter un logement social fait peur aux élus.

Du côté des propriétaires, la formule est séduisante. Mais elle suscite aussi beaucoup d'interrogations. Par exemple, que faire si, avant l'échéance des quinze ans, ils veulent vendre le bien? «Nous avons un service qui s'occupe de trouver des acquéreurs pour racheter l'appartement au bout de plusieurs années, affirme Frédéric Goulet. Et les acheteurs ne manquent pas pour des durées moins longues. S'ils acquièrent un appartement au bout de cinq ans, ils paieront 75% de sa valeur car ils ne pourront pas en disposer seulement pendant dix ans.»

En fait, c'est à la fin de la période des quinze ans que les propriétaires devront être le plus attentifs. S'ils souhaitent vendre ou occuper cet appartement, ils pourront le récupérer. Mais, en cas de vente, ils devront le proposer d'abord au locataire. Au préalable, l'opérateur de logement social l'aura remis en état à ses frais. Au cas où ils voudraient continuer à le louer, les propriétaires seront contraints de garder les mêmes locataires. Et ils ne pourront augmenter le loyer que graduellement pour arriver à le mettre au niveau du marché au bout de six ans. Des contraintes qui peuvent faire hésiter des candidats à l'achat.

LIRE AUSSI: 

» Logement: Sarkozy fixe des objectifs ambitieux 

» Logement: les mesures Sarkozy complexes 

» Logement: Hollande veut doubler le plafond du livret A 

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.