Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Une députée veut une «heure silencieuse» hebdomadaire dans les grandes surfaces
information fournie par Le Figaro28/09/2019 à 07:45

Une députée veut une «heure silencieuse» hebdomadaire dans les grandes surfaces (Crédits photo : Adobe Stock -  )

Une députée veut une «heure silencieuse» hebdomadaire dans les grandes surfaces (Crédits photo : Adobe Stock - )

La députée MoDem du Cher Nadia Essayan a déposé une proposition de loi visant à mettre en place une «heure silencieuse» hebdomadaire dans les grandes surfaces afin de faciliter le quotidien des personnes souffrant de troubles du spectre de l'autisme.

Clémence Berger, quinze ans, souffre de troubles du spectre de l'autisme. Pour cette habitante du Cher, faire les courses au supermarché avec sa mère relève de l'épreuve. Le bruit, la lumière forte ou encore les discussions environnantes sont autant de repoussoirs transformant cette expérience anodine en véritable cauchemar. C'est pour permettre à sa fille et à d'autres enfants touchés par ces troubles de mener une vie aussi normale que possible que Christelle Berger a créé en 2015 l'association «Espoir pour mon futur». Dans ce cadre, elle a instauré dans le Hyper U de Vierzon, en collaboration avec la direction, une «heure silencieuse hebdomadaire» tous les samedis matin. Une initiative dont la députée MoDem du Cher, Nadia Essayan, a pris connaissance. «Les employés faisaient moins de bruit, les gens étaient plus détendus. Les personnes âgées étaient heureuses également», explique-t-elle au Figaro.

Partant de ce constat, l'élue a déposé un projet de loi à l'Assemblée nationale le 11 septembre visant à généraliser cette heure silencieuse hebdomadaire à tous les supermarchés et hypermarchés de France. Avec ce texte, elle entend répondre aux difficultés auxquelles sont quotidiennement confrontées les personnes comme Clémence, et leur permettre de participer à des «activités banales avec les autres». Concrètement, les grandes surfaces seraient obligées durant cette tranche horaire de réduire l'éclairage, couper «la musique et le bruit des scanners des caisses automatiques», ainsi que de ne pas émettre d'annonces au microphone.

«Les grandes surfaces pourront le faire»

L'Hyper U de Vierzon n'est pas le seul en France à s'être livré à une telle expérimentation. À Mirepoix, dans l'Ariège, le dispositif est mis en place tous les mardis, de 13 heures à 15 heures par le Super U local. «C'est facile à mettre en œuvre et si ça peut rendre service à des personnes, pourquoi ne pas le faire», explique son directeur à La Dépêche.

Ces tranches horaires adaptées existent déjà à l'étranger. Depuis 2017 au Royaume-Uni et en Australie, les chaînes de supermarchés Tesco et Coles les ont généralisées dans leurs magasins. Au Liban, depuis 2016, l'association Sesobel organise, dans un autre registre, des séances de cinéma spécialement conçues pour les enfants atteints d'autisme avec une lumière tamisée et un volume réduit.

À l'Assemblée Nationale, «d'autres députés de la majorité font la promotion de la proposition de loi», ajoute Nadia Essayan. «Une des volontés fermes de ce gouvernement est que chaque personne soit dans le vivre-ensemble [...] ; je pense vraiment qu'on cherche à ce que l'inclusion soit la plus intéressante possible», poursuit-elle. Sa proposition de loi doit être défendue en novembre à l'Assemblée.

0 commentaire

Annonces immobilières