Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une banque allemande taxe les dépôts des particuliers

Le Figaro16/08/2016 à 16:45

La banque coopérative bavaroise Raiffeisenbank taxera à hauteur de 0,4% les dépôts de ses clients au-delà de 100.000 euros. Il s'agit pour elle de restaurer ses marges, grignotées par la politique de taux négatifs pratiquée par la Banque Centrale Européenne (BCE) depuis deux ans.

Les particuliers devront-ils bientôt payer pour confier leur argent à une banque? Le petit établissement bavarois Raiffeisenbank Gmund vient de décider de taxer les dépôts de sa clientèle de particuliers. Selon l'agence Reuters, elle appliquera une taxe de 0,4% sur les dépôts supérieurs à 100.000 euros, à compter du mois de septembre. Il s'agit pour elle de compenser les taux négatifs pratiqués par la Banque centrale européenne (BCE) depuis un peu plus deux ans.

En taxant ses plus gros déposants, la banque bavaroise espère les convaincre de placer leur argent dans les produits financiers qu'elle propose, plutôt que de le laisser dormir. «Nous avons écrit à tous nos gros déposants et leur avons recommandé qu'ils modifient leur stratégie d'investissement. Si vous ne créez pas d'incitation à changer les choses, alors les choses ne changent pas», a justifié auprès de Reuters Josef Paul, le patron de Raiffeisenbank Gmund. Parmi les 140 clients visés par la banque, qui représentent quelques 40 millions d'euros déposés, certains ont en effet opté pour un placement alternatif au sein de la banque, tandis que d'autres ont retiré leur argent pour le placer ailleurs, précise le patron.

Les entreprises ponctionnées

La BCE impose en effet un taux d'intérêt de 0,4% aux banques qui déposent chez elle leurs excédents de liquidités. L'objectif de l'institution de Francfort est d'encourager les banques à prêter aux particuliers et aux entreprises, qui devraient à leur tour être incités à consommer et à investir. Mais le revers de cette politique est que les marges des banques s'en trouvent amoindries, et qu'elles risquent de répercuter d'une manière ou d'une autre ces frais à leurs clients.

Si la Raiffeisenbank Gmund est l'une des premières premières banques de la zone euro à briser le tabou de la taxation des comptes de dépôts des particuliers, plusieurs d'entre elles ont déjà fait de même avec leurs clients professionnels. En Angleterre, la banque RBS a prévenu la semaine dernière qu'elle procèderait ainsi si la Banque d'Angleterre s'aventurait dans le sillage de la BCE. En France, BPCE facture déjà les dépôts des entreprises «au cas par cas», lorsque la taille de leur trésorerie est significiative. «Les entreprises sont à même de comprendre que, dans l'environnement des taux négatifs, les dépôts à vue ne peuvent être rémunérés comme par le passé», estime François Pérol, le président du groupe.

Frais de tenue de compte

La taxation des comptes de dépôts des particuliers est une autre affaire. Si elle devait faire tâche d'huile dans la zone euro, cette pratique pourrait en effet pousser les clients à retirer leurs liquidités des banques et à les stocker sous leur matelas, ce qui représenterait un danger pour le financement de l'économie. Il est toutefois peu probable que cette hypothèse se réalise. En Allemagne, l'association des banques coopératives estime que les consoeurs de la Raiffeisenbank ne lui emboîteront pas le pas, contexte très concurrentiel oblige.

En France, une telle taxation est d'autant moins probable que la demande de crédits très dynamique au sein de l'Hexagone permet de compenser la baisse de rentabilité des banques. Les établissements français ont par ailleurs trouvé d'autres moyens d'améliorer leurs marges. Depuis le début de l'année, la plupart pratiquent en effet des frais de tenue de compte inexistant auparavant. Ainsi de la Société Générale, de BNP Paribas ou encore de LCL. L'Association française des usagers des banques, qui juge l'imposition de ces frais illégale, prépare une action collective contre deux de ces banques pour le mois de septembre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.