Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Une alimentation durable, c'est possible

RelaxNews15/04/2016 à 18:05

Pour atteindre cet objectif, il faut en priorité réduire les viandes, surtout la viande de ruminant (il faudrait en manger 10 fois moins), et les charcuteries. (Magdalena Kucova/shutterstock.com)

(AFP) - Une alimentation durable, réduisant de 30% les émissions de gaz à effet de serre, est possible sans trop modifier nos habitudes culinaires selon des chercheurs qui attirent tout de même notre attention sur les indispensables nutriments.

Pour être qualifiée de durable, notre alimentation doit bien sur avoir une faible empreinte environnementale mais également respecter nos besoins nutritionnels, être acceptable culturellement et abordable financièrement. Mais est-ce vraiment possible?

Pour apporter une réponse, des chercheurs de l'Inra et de l'Université d'Aix-Marseille ont modélisé nos menus en prenant en compte le contenu des Caddies de 1.899 adultes, l'impact carbone des 402 aliments les plus consommés en France, les prix moyens de chaque aliment ainsi que leurs qualités nutritionnelles.

Premier constat, l'objectif d'une réduction de 30% des gaz à effet de serre serait le plus adapté à notre mode alimentaire. Car "pour qu'un régime soit "durable", il se doit d'être réaliste", note Nicole Darmon de l'unité mixte de recherche Inserm/Inra en nutrition humaine à Marseille et coauteur de l'étude publié vendredi dans la revue Public Health Nutrition. 

Pour atteindre cet objectif, il faut en priorité réduire les viandes, surtout la viande de ruminant (il faudrait en manger 10 fois moins), et les charcuteries. 

Au total, les viandes doivent être diminuées de 27%. Les féculents, les fruits et légumes multipliés par 1,5. 

Les poissons aussi ont la part belle dans ce menu écologique. "Surtout pour leur apport en acides gras, les Omega 3 qui ne sont fournis par rien d'autres", précise la chercheuse. 

Mais surtout, selon l'étude, il faudra respecter avec attention les apports conseillés en nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels, antioxydants, acides aminés ). 

"Quand on simule une baisse de l'impact carbone on a tendance a avoir une dégradation de la qualité en nutriment", note la chercheuse.

Mais pas d'inquiétude, "Si on suit les recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS), on arrive à couvrir les besoins nutritionnels", précise la chercheuse.

"Parfois la nutrition est réduite à juste garder intact l'apport calorique ou au moins l'apport en protéine", s'inquiète la chercheuse. "Ce n'est pas une garantie, loin de là, de l'apport nutritionnel". 

Selon la chercheuse, pour aller plus loin que ce 30% de réduction des gaz à effet de serre visé, on ne peut pas compter sur l'alimentation car il ne faut pas tomber dans les régimes alimentaires extrêmes. Il faut chercher d'autres moyens de faire baisser l'impact carbone comme les modes de production.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.