Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un propriétaire vend sa maison contre... un iPhone 6

Le Figaro09/10/2014 à 12:12

VIDÉO - Désespéré de ne pas arriver à vendre sa maison, un propriétaire de Détroit a décidé de brader son prix. Dans la ville, des centaines d'habitations sont désormais désertes, conséquence directe de la crise.

Dans les endroits où le marché de l'immobilier va mal, on peut acheter un bien pour quelques centaines d'euros... C'était le cas en Sicile il y a quelques mois, où l'on pouvait devenir propriétaire d'une maison aux pieds de l'Etna pour seulement 1 euro. Aujourd'hui, c'est à Détroit qu'une histoire du même acabit se déroule: le propriétaire d'une maison qui ne parvient pas à vendre son bien a finalement décidé, résigné, de troquer son bien contre... le dernier iPhone 6 d'Apple. Une technique ultime - et désespérée - pour vendre sa maison de trois pièces, qu'il souhaitait initialement vendre à 5000 dollars, raconte ABC News.

Si cette proposition du propriétaire peut paraître saugrenue, elle n'est pourtant pas ridicule selon Larry Else, l'agent immobilier chargé de la vente. «Cette maison ne vaut pas beaucoup plus que cela», estime-t-il. En effet, son état est loin d'être neuf: fenêtres manquantes ou cassées, absence de porte d'entrée... Quant à l'intérieur, l'agent immobilier lui-même n'a pas le droit d'y rentrer, dans la mesure où son employeur lui interdit de pénétrer seul dans un bien non sécurisé.

Le propriétaire de la maison vit en Autriche, et n'a jamais vécu à Détroit. Il avait acheté le bien en 2010 pour la somme de 41.000 dollars en pensant faire une affaire. «La personne qui lui avait vendu ce bien à l'époque l'avait acquis deux semaines auparavant pour la modique somme de 10.500 dollars», raconte Larry Else. Cet achat était donc bien loin de ce qu'on peut appeler une bonne affaire.

Une offre à 750 dollars et une autre à 800

L'agent immobilier Larry Else n'a pas caché que qu'il avait déjà reçu 4 offres qu'il jugeait sérieuses, et a laissé entendre que l'acheteur le plus probable était un homme qui vit déjà dans le quartier, qui a formulé une offre à 750 dollars. «Les maisons sont toutes similaires dans cette région... Il y en a des centaines comme celle-ci à vendre», observe Larry Else. Les vendeurs sont donc prêts à tout pour céder leur maison et cette occurence de «troc» n'est pas isolée: l'agent immobilier a avoué à ABC News avoir reçu un coup de téléphone provenant d'un vendeur qui acceptait de céder sa maison - évaluée à 20.000 dollars - contre une grosse voiture de type «Chevy 1994», un pick-up américain.

Le nombre de maisons vacantes à Détroit s'est multiplié ces dernières années, conséquence directe du manque d'attractivité de la région et du départ de ses habitants. La ville a subi de plein fouet la crise de la construction automobile. Selon le bureau du recensement américain, la population de Détroit est désormais à un tiers de ce qu'elle était à son apogée. Il y a deux ans, Le Figaro s'était rendu à Détroit, et y avait constaté ce vide, et ces multiples «bâtisses qui se dégradent dans l'indifférence générale, au cœur d'un des quartiers les plus sinistrés autour des usines.»

La ville de Détroit n'est pas sans initiatives pour tenter, coûte que coûte, d'éviter la faillite. En septembre dernier, la cité américaine avait même hypothéqué son musée d'art pour trois milliards de dollars...

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.