Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un panier de produits alimentaires à petit prix

Le Figaro06/04/2011 à 16:04
Face à l'envolée des prix courants, le gouvernement conclut ce mercredi un partenariat avec les acteurs de la grande distribution pour proposer chaque semaine une dizaine de produits frais à moindre coût. Une «amère déception» pour l'UFC-Que Choisir.

Pour 18,98 euros, une basse-côte de bœuf, une demi-longe de porc, un poisson, des pommes de terre, des carottes, des courgettes, des oranges, une baguette de pain, du fromage blanc à 0% de matières grasses et un litre de jus d'orange 100% pur jus. C'est l'offre proposée par Carrefour dans le cadre de l'opération des «paniers des essentiels», lancée ce mercredi par le gouvernement.

A partir de la fin du mois, de nombreuses enseignes de la grande distribution (Leclerc, Carrefour, Casino, Auchan, Système U...), signataires de la convention qui sera signée à la mi-journée avec le secrétaire d'Etat à la Consommation, proposeront en effet à leurs clients des paniers comprenant dix produits alimentaires minimum pour un prix «attractif».

«Plutôt des produits bruts» et de saison, explique-t-on dans l'entourage du ministre. Les consommateurs devraient y trouver «au moins une viande, un poisson, un fruit, un légume, un fromage, un produit laitier et une boisson», précise ce mercredi Frédéric Lefebvre dans les colonnes du Parisien - Aujourd hui en France. Chaque enseigne composera elle-même son propre panier et en fixera le prix.

«Amère déception»

Là réside peut-être l'un des points faibles du projet : si la convention mentionne un prix «attractif» et des produits «de qualité», ces termes seront laissés à la seule appréciation des distributeurs. «Nous souhaitons pour les fruits et légumes privilégier des produits de saison. D'une semaine à l'autre, les prix varieront donc selon que l'on trouve des pommes, des poires et des abricots», justifie le secrétaire d'Etat à la Consommation. Ce dernier compte sur la libre-concurrence pour pousser les prix à la baisse.

Pour cette raison notamment, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir accueille avec une «amère déception» le lancement de cette opération. «En lieu et place d'une régulation pour juguler les marges (ndlr : des distributeurs), le secrétaire d'Etat à la consommation présente aujourd'hui une mesure qui a tout du gadget. [...] Ce panier a tout de l'effet d'annonce pour faire oublier la hausse actuelle des prix et la mauvaise qualité de l'offre alimentaire», s'indigne-t-elle.

Hausse de 2% à 4% des prix alimentaires

Le prix des dépenses courantes, et en particulier des produits alimentaires, ne cessent en effet de s'orienter à la hausse. A la fin du mois de mars, la fédération des enseignes de la grande distribution a annoncé la prochaine répercussion de l'inflation des prix des matières premières agricoles sur ceux des produits vendus en magasin. En moyenne, les produits alimentaires devraient se vendre 2% à 4% plus cher dans les prochaines semaines. Mais sur certaines denrées, telles le café ou le pain, la hausse pourrait atteindre 20%.

Ce facteur, ajouté à la hausse des prix de l'énergie, réduit de façon conséquente le budget des ménages. Conséquence : selon un sondage réalisé pour 20minutes et publié lundi, un tiers des Français envisagent de diminuer leurs dépenses alimentaires. Un chiffre préoccupant pour la santé publique, si l'on songe que les produits les moins chers (conserves, pizzas surgelées...) sont également ceux dont les qualités nutritionnelles sont les plus pauvres.

Le lancement du «panier des essentiels» pourrait donc apporter un premier élément de réponse à la flambée des prix. Reste à espérer que la qualité des produits demeure au rendez-vous. A propos d'une opération du même type ciblant les fournitures scolaires, baptisée «les essentiels de la rentrée» et mise en place à la rentrée 2010, l'association Familles de France pointait du doigt la moindre qualité des produits essentiels proposés par les grandes surfaces.

LIRE AUSSI :

» Les Français pensent réduire leurs dépenses alimentaires

» G20 : les pistes antivolatilité des prix agricoles

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.