Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un logo pour signaler le «fait maison» au restaurant

Le Figaro24/06/2013 à 21:09
Un amendement gouvernemental va encadrer le « fait maison » au restaurant en permettant de signaler sur les cadres avec un logo spécifique les plats préparés dur place.

Alors que le monde de la restauration se déchire depuis des semaines sur la façon de défendre les cuisiniers qui préparent réellement les plats qu'ils servent, le gouvernement vient de trancher. La ministre du Tourisme, Sylvia Pinel, a annoncé lundi qu'un amendement gouvernemental introduirait cette appellation «fait maison» et simplifierait également le titre de maître restaurateur. Au terme de sa consultation de l'ensemble de la filière, le ministère a opté pour ce compromis.

Concrètement, les restaurateurs pourront choisir de mentionner sur leur carte des plats «faits maison», à partir du moment où ils sont intégralement préparés sur place à base de produits bruts. «Ces plats seront mieux mis en valeur par le biais d'un logo», précise le communiqué du ministère. Par ailleurs, le titre de «maître restaurateur» sera également réformé. Le cahier sera simplifié dans ses éléments administratifs et l'exigence de transformation sur place sera renforcée. Et pour le faire savoir ces «maîtres restaurateurs» disposeront d'une nouvelle plaque et d'un nouveau logo.

Créer une appellation «artisan restaurateur»

Du côté du syndicat professionnel majoritaire, l'Umih (Union des métiers et industries de l'hôtellerie), on estime que cette décision est une «avancée pour garantir au consommateur l'information qu'il souhaite, mais cette mesure, volontaire et ciblée sur quelques plats, ne va pas assez loin dans la reconnaissance de la restauration artisanale». Sans militer comme le syndicat concurrent, le Synhorcat soutenu par le député Daniel Fasquelle, pour réserver le nom de restaurant aux seuls lieux où toute la cuisine est préparée sur place, l'Umih souhaite une meilleure reconnaissance de «l'artisan restaurateur».

Tout en défendant le titre de «maître restaurateur» qui serait une appellation haut de gamme pour les restaurateurs les plus engagés dans le fait maison, il s'agirait de proposer le nom d'«artisan restaurateur» à un nombre plus large. «Cela permettrait de tirer vers le haut des professionnels qui réclameraient le statut d'"artisan restaurateur", estime Hervé Bécam, vice-président de l'Umih. C'est une belle appellation qui a une connotation de qualité.»

«Compliqué à contrôler»

Le sénateur UMP du Val-de-Marne, Christian Cambon, est sur la même longueur d'onde et compte bien, comme la député PS Pascale Got, déposer une proposition de loi pour créer une appellation «artisan restaurateur». «Plutôt qu'un de ces nombreux labels privés que les professionnels s'attribuent entre eux, ce serait une appellation qui se concentrent exclusivement sur ce qui se passe en cuisine et ne serait accordée qu'au établissement préparant une part substantielle de leurs plats sur place.» Il ne se montre, en revanche, pas très favorable au logo «fait maison», défendu par Sylvie Pinel. «C'est compliqué à contrôler et la multiplication des mentions sur une même carte de restaurant peut mener à des dérives dangereuses», estime l'élu.

Une fois de plus tout le monde s'entend sur la nécessité de sauvegarder une tradition culinaire française, mais il reste toujours aussi difficile de le faire d'une voix.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.