Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un locataire de HLM sur cinq a des difficultés à payer son loyer

Le Figaro07/11/2016 à 17:20

Alors que la trêve hivernale vient tout juste de débuter, une enquête révèle que près d’un locataire sur cinq a eu des difficultés à payer son loyer en 2014.

Près d’un locataire d’HLM sur cinq, soit 795.000 ménages, a eu des difficultés à payer son loyer en 2014, une proportion en légère baisse sur un an, ce qui n’a pas empêché les procédures contentieuses d’augmenter, révèle une enquête*.

Au 31 décembre 2014, 18,5% des ménages présents dans le parc HLM étaient en retard de paiement, selon la 3ème enquête sur les impayés et la prévention des expulsions, publiée par Habitat actualités, le bimensuel de l’Union sociale pour l’habitat (USH).

Inférieur à celui de fin décembre 2013 (22%), ce taux reste en hausse par rapport à 2012 (17,5%).

«Globalement élevé», il montre qu’une «part non négligeable des locataires HLM peut rencontrer des difficultés de paiement», commentent les auteurs de l’enquête.

Un tiers de ces ménages sont en situation d’impayés depuis trois mois ou davantage. Fin 2014, ils représentaient 6,4% de l’ensemble des ménages logés en HLM en France, un léger recul comparé à 7,1% un an plus tôt.

Quant au nombre de ménages cumulant des impayés de loyers depuis plus de 12 mois, il «reste faible et stable depuis 3 ans», aux alentours de 1,3% des ménages présents - soit 56.000 ménages à fin 2014.

Les bailleurs sociaux y voient la preuve qu’un «traitement précoce des impayés, de la part des organismes HLM, dès les premiers signes, semble porter ses fruits».

En parallèle, 11.500 protocoles d’accord (dits «de cohésion sociale») ont été signés avec des ménages «dont le bail a été résilié par la justice, afin de leur permettre de continuer à bénéficier d’aides personnalisées au logement (APL)», contre 10.000 en 2012.

Expulsions en hausse de près de 17%

Après une forte hausse entre 2012 et 2013, l’activité amiable des organismes s’est ainsi stabilisée en 2014, tout en restant «très importante», selon l’enquête.

Un «important travail de prévention» en direction des ménages en difficulté permet de régler une partie des situations, et peut expliquer notamment le nombre relativement faible de ménages en impayés de plus de 12 mois», affirment les bailleurs sociaux.

Toutefois, les procédures contentieuses enclenchées par les organismes HLM, «tout en poursuivant la recherche de solutions amiables», assurent-ils, sont en hausse.

Quelque 150.000 commandements de payer - l’ordre délivré par huissier, de s’acquitter des sommes dues dans les deux mois - ont ainsi été émis en 2014, contre 132.000 l’année d’avant et 114.000 en 2012.

Dans le même temps, 75.000 assignations en justice ont été prononcées en 2014 - soit 11.000 de plus qu’en 2013 et 17.000 de plus qu’en 2012, concernant 1,7% des locataires HLM. Quelque 31.000 baux ont été résiliés à la suite d’une assignation.

Toujours en 2014, 32.000 commandements de quitter les lieux ont été délivrés, soit 4.000 de plus que les deux années précédentes.

En «dernier recours», les organismes HLM font appel à la force publique pour expulser le locataire en défaut: 21.000 demandes ont été effectuées en 2014, soit davantage qu’en 2013 et 2012 (18.000 chaque année).

Un tiers de ces demandes ont été exécutées, soit 7.000 expulsions, un chiffre en hausse de 16,7% sur un an.

Pour l’association de défense des consommateurs CLCV sollicitée par l’AFP, «ce comportement brutal ne peut être qualifié de social».

«Plutôt que menacer les locataires, mieux vaudrait les informer sur leurs droits et les accompagner», affirme la CLCV, qui se dit opposée à «toute expulsion, surtout lorsqu’elle est le fait d’un bailleur social dont la vocation est d’accueillir et de protéger les publics fragiles».

«Par ailleurs, un locataire expulsé peut faire valoir son droit au logement (Dalo) et ainsi être relogé en HLM, ce qui rend toute expulsion d’autant plus absurde», estime l’association.

*L’enquête porte sur les données de 393 organismes, représentant 76% du parc locatif HLM.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.