Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un Français sur cinq est à découvert chaque mois

Le Figaro10/09/2012 à 21:35
Le risque de terminer le mois dans le rouge s'accentue avec la crise. Les associations dénoncent les pratiques tarifaires des banques.

Le chiffre est jugé totalement logique et crédible par les associations. Selon le sondage réalisé par l'institut CSA pour l'organisme de crédit à la consommation Cofidis, 21 % des Français, soit plus d'une personne sur cinq, se retrouvent en découvert bancaire à la fin de chaque mois. Dans la catégorie des personnes âgées de 35 à 49 ans, la proportion grimpe même à près d'une sur trois (30 %). Les femmes surtout sont touchées par le phénomène (25 % contre 18 % des hommes).

«Beaucoup de Français utilisent le découvert comme substitut au crédit, explique Maxime Chipoy de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, soit pour éviter de s'engager sur un crédit, soit parce qu'aucune offre saine de crédit ne leur est faite - on ne leur présente que des offres de revolving -, soit enfin parce qu'ils sont victimes de la conjoncture». L'effet conjoncture est aussi évoqué par Serge Maître, secrétaire générale de l'Association française des usagers des banques (Afub) pour expliquer cette statistique élevée. Si aucune étude récente ne permet de chiffrer l'impact de la crise, une enquête du Crédoc réalisée il y a deux ans relevait que 45 % des populations fragiles se retrouvaient en difficulté avec leur banque depuis la dégradation de la conjoncture. «La récente décision de la Banque postale d'avancer les dates de son débit différé va aggraver la situation», assure Serge Maître qui dénonce la «véritable vache à lait» que représentent les découverts pour les établissements financiers.

Le problème des commissions d'intervention

Car terminer le mois avec un compte dans le rouge se paie souvent au prix fort. «Tout dépend de la durée du découvert», explique Maxime Chipoy. S'il est comblé au jour où la paie est versée, en général le découvert ne pose pas de problème. De même si la personne bénéficie d'un découvert autorisé - en principe 50 % du montant des revenus - et qu'elle ne le dépasse pas, les conséquences restent limitées. Le taux d'intérêt appliqué oscille entre 10 et 15 %. «C'est lorsque le plafond du découvert autorisé est dépassé que le problème commence, poursuit l'expert, car le taux atteint alors 15 à 20 %, c'est-à-dire l'équivalent du prix d'un crédit renouvelable». Des sommes substantielles auxquelles s'ajoutent des frais fixes, les fameuses commissions d'intervention tant décriées par les associations. Chaque opération au-delà du plafond, si l'établissement bancaire décide de l'honorer à la place de son client, est alors facturée 8,50 euros. «La pratique est déloyale, s'insurge Serge Maître, cette taxation fait double emploi avec le paiement des intérêts». Il explique qu'en 2008, la cour de Cassation avait admis que les frais de commission d'intervention étaient illicites avant de revenir sur sa décision cette année.

Un amendement à la loi Lefebvre sur la protection des consommateurs s'était également attaqué à la pratique des commissions d'intervention pour limiter leur impact, avant d'être abandonné. «Les banques au final se sont engagées à limiter le coût de ces opérations pour les populations fragiles», affirme Maxime Chipoy. Mais dans les faits, les associations ne constatent rien de concret, les établissements profitant du fait que le terme de «population fragile» n'a jamais été vraiment défini. Sollicitée, la Fédération bancaire française (FBF) n'a pas souhaité s'exprimer.

Un crédit proposé au bout de trois mois de découvert

En théorie, se retrouver à découvert n'exclut pas le client du système bancaire. Aucune loi n'oblige les conseillers à consulter les relevés bancaires des personnes qui viennent solliciter un crédit immobilier. Le prêt doit donc en principe être accordé. «Tout découvert d'une durée inférieure à trois mois n'entraîne pas de fichage de client, mais si nous avons souvent des récriminations contre les banques, il faut admettre qu'en général, en ce qui concerne le crédit immobilier, les établissement se comportent de façon correcte. Il est évident qu'un découvert à répétition est le signe de difficultés de gestion. Les banquiers sont attentifs», assure Maxime Chipoy.

Enfin, pour protéger les clients des banques contre les risques engendrés par des découverts à répétition, la loi oblige les établissements à proposer un crédit à toutes les personnes qui enchaînent trois mois consécutifs de découverts. «Si elle ne s'acquitte pas de cette obligation, la banque perd le droit de facturer des intérêts.»

LIRE AUSSI:

» Crédit conso: Hamon contre un fichier

» La Banque postale avance les délais du débit différé


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.