Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Trains en retard: les billets bientôt mieux remboursés dans toute l'Europe ?
information fournie par Le Figaro15/11/2018 à 17:26

Trains en retard: les billets bientôt mieux remboursés dans toute l'Europe ? (Crédit photo: Saphir-albatros - Pixabay)

Trains en retard: les billets bientôt mieux remboursés dans toute l'Europe ? (Crédit photo: Saphir-albatros - Pixabay)

Les eurodéputés ont adopté ce jeudi un texte renforçant les droits des voyageurs ferroviaires. L'objectif est d'harmoniser les services et notamment les remboursements en cas de retard des trains.

Bonne nouvelle pour les voyageurs. Le parlement européen a voté aujourd'hui en faveur de nouvelles règles les concernant. Sous réserve de l'approbation du Conseil des ministres européens, attendue l'été prochain, les voyageurs pourront bientôt prétendre à des indemnisations plus importantes que celles qui leur sont accordées aujourd'hui en cas de retard. «Nous parlons ici de l'intérêt de milliards de passagers qui voyagent chaque année à travers l'Europe», explique Bogusław Liberadzki, le rapporteur du projet. En théorie, les mesures concernent à la fois les trajets intérieurs et extérieurs réalisés par les trains de chaque État membre. En France, par exemple, elles sont donc censées s'appliquer aux TGV mais aussi aux TER et autres Intercités. Cependant, «l'extension des règles d'indemnisation aux grandes lignes TER et trains de banlieue» ne serait pas réellement en bonne voie, selon Michel Quidort, président de la fédération européenne des voyageurs, interrogé jeudi matin sur RTL.

Actuellement, les passagers dont le train n'arrive pas à l'heure peuvent demander une indemnisation équivalente à 25% du prix du ticket pour un retard compris entre 60 et 119 minutes. Pour un retard de 120 minutes ou plus, elle s'élève à 50% du prix du billet. En cas d'adoption définitive des nouvelles directives, les voyageurs pourront exiger d'être remboursés à hauteur de 50% du prix du billet pour les retards compris entre 60 et 90 minutes, à 75% pour un retard de 91 à 120 minutes, et 100% pour une durée supérieure à 121 minutes. Des mesures qui ne sont pas du goût des opérateurs historiques, qui considèrent que le Parlement européen «ne tient pas compte» de leur point de vue, estime l'organisation CER, qui compte notamment la SNCF et la Deutsche Bahn. Bogusław Liberadzki répond à ces inquiétudes que «la hausse des remboursements sera compensée par l'arrivée de nouveaux clients grâce à ces mesures».

Supprimer les dérogations

Jusqu'à aujourd'hui, c'est le texte «droits pour les voyageurs ferroviaires» en place depuis 2007 qui encadre les indemnités délivrées aux voyageurs victimes de retards. Celui-ci donne aussi le droit aux États d'«octroyer des dérogations aux services ferroviaires (...) pour la plupart des dispositions du règlement». Concrètement, les États disposent de deux périodes de cinq ans au cours desquelles ils peuvent choisir d'être dispensés des mesures exigées par Bruxelles. Avec le nouveau texte, les eurodéputés se prononcent pour la suppression progressive de ces dérogations car «seulement cinq pays (Belgique, Danemark, Italie, Pays-Bas et Slovénie) appliquent pleinement les règles de l'UE en matière de droits des voyageurs ferroviaires» précise-t-on à Bruxelles.

Les autres mesures adoptées par le Parlement sont l'optimisation de l'information fournie aux passagers, le développement de l'aide aux personnes à mobilité réduite et la responsabilisation des vendeurs si un passager manque sa correspondance. «L'idée serait qu'un voyageur puisse monter gratuitement dans le train suivant», précise Michel Quidort.

0 commentaire

Annonces immobilières