Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tractations autour du taux du livret A

Le Figaro10/01/2013 à 20:36
À combien sera fixé le prochain taux du livret A ? La décision, très sensible politiquement, fait l'objet d'intenses tractations au sein du gouvernement.

Seule certitude, le taux actuel de 2,25 % du livret A sera revu à la baisse pour tenir compte d'une faible inflation. C'est là que les choses se compliquent pour l'exécutif, pris en étau entre un cadre réglementaire contraignant, une volonté de préserver le pouvoir d'achat des Français et la nécessité de ne pas pénaliser l'économie. À l'Élysée, on penchait ce jeudi pour un taux de 2 %. À Bercy, c'était le chiffre de 1,75 % qui circulait.

Quels sont les éléments du débat? Jeudi, l'Insee a annoncé que l'inflation (hors tabac) a atteint 1,2 % en 2012. Cet indicateur sert de base au calcul du taux prévu par la loi. Si la formule de calcul était respectée (il faut majorer l'inflation d'un quart de point, puis arrondir au quart de point le plus proche), il devrait retomber à 1,5 %. Ce qui occasionnerait une baisse importante - de 0,75 % - du produit d'épargne fétiche des Français.

Préserver le pouvoir d'achat des épargnants

Le gouverneur de la Banque de France étant souverain, il peut en théorie décider d'appliquer la formule et le calcul s'appliquera alors. S'il choisit d'y déroger, comme il y est autorisé en cas de «circonstances exceptionnelles», ou s'il estime que l'application de la formule «ne permet pas de préserver globalement le pouvoir d'achat des épargnants», selon les textes, il soumet alors sa proposition au ministre, qui tranche. Les choses en étaient là ce jeudi soir.

Reste à prendre la décision, qui concernera directement les Français. «Une baisse de 1 %, il n'en est pas question», avait déclaré Pierre Moscovici mercredi, en marge d'une conférence de presse. Le taux qui sera appliqué début février «devra à la fois prendre en compte l'évolution des prix en France, la protection du pouvoir d'achat des Français, notamment de l'épargne populaire, et l'encouragement à l'investissement dans le logement», explique au Figaro le ministre de l'Économie, qui rencontre ce matin le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, afin de «définir la solution appropriée pour prendre en compte ces différents objectifs».

«Politiquement, c'est vraiment un chiffre difficile à arrêter», souligne un proche des discussions.

Un placement plébiscité par les épargnants

Les épargnants attendent avec une certaine appréhension de connaître le taux du livret A (et du LDD), qu'ils ont plébiscité à la fin de l'année dernière. Si la règle était appliquée, celui-ci passerait de 2,25 % à 1,5 % le 1er février. Mais, «les ménages ne supporteraient pas une baisse de rendement trop forte», estime Cyril Blesson, associé de Pair Conseil. D'autant qu'ils ont été nombreux à profiter du relèvement du plafond du livret A (22 950 euros) et du LDD (12 000 euros): entre janvier et novembre 2012, ils ont placé 43,9 milliards sur ces livrets. Même moins rémunérateur, le livret A, restera intéressant pour l'épargne de précaution. Car le placement est entièrement défiscalisé. Ce qui n'est pas le cas des autres produits de trésorerie, qui souffrent de taux d'intérêt très bas et d'une fiscalité alourdie.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.