Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tourisme : une bonne saison, malgré la météo

Le Figaro02/09/2011 à 18:26
D'après la DGCIS, le nombre de nuitées a progressé de 3,1% cet été par rapport à l'année dernière. Mais toutes les régions françaises n'en bénéficient pas.

La saison touristique n'a pas été aussi morose que la météo du mois de juillet l'avait fait craindre. Elle serait même finalement plutôt bonne, d'après le bilan dressé cette semaine par la direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services (DGCIS). Selon des chiffres encore provisoires, le nombre de nuitées a progressé de 3,1% cet été par rapport à l'année dernière, le mois d'août ayant finalement été plus porteur que juillet.

Ces bons chiffres sont en partie tirés par les vacanciers français. Ils sont cette année plus volontiers restés dans l'Hexagone, pour des séjours plus longs que l'année dernière. Dans une moindre mesure, les étrangers ont par ailleurs été plus nombreux à privilégier la France, après une année 2010 atone, et une année 2009 marquée par la crise. Ces derniers demeurent à 85% des Européens, même si la clientèle russe, indienne et brésilienne progresse fortement. «La France devrait rester la première destination en termes d'arrivées de touristes internationaux», estime finalement la DGCIS.

Hausse du tourisme culturel

Pour autant, les territoires français ont inégalement bénéficié de cet afflux de touristes. Sans surprise, le Sud-Est de la France, plus ensoleillé, a tiré son épingle du jeu avec des hausses de fréquentation de plus de 5%. La Côte d'Azur en particulier, a enregistré cette année un afflux record de visiteurs (+6%), en partie tiré par l'effondrement du tourisme au Maghreb après les révoltes arabes. Selon une enquête réalisée par le Comité régional du Tourisme, neuf professionnels sur dix en Provence-Alpes-Côte d'Azur se déclaraient ainsi «satisfaits ou très satisfaits» de leur saison, et presque 80% d'entre eux anticipaient un mois de septembre «bon voire très bon».

La bonne humeur est moins de mise dans le Nord-Ouest, et notamment en Haute et Basse Normandie, en Lorraine ou encore en Picardie, où la fréquentation a chuté en moyenne de plus de 5%. Même si, globalement, l'effet du mauvais temps a été compensé par l'attrait croissant des touristes pour les offres culturelles, dont les grandes villes tirent pleinement bénéfice. «Dans les régions les plus arrosées, la fréquentation a souvent pu se maintenir grâce à une offre de loisirs dans des sites couverts», a noté le secrétaire d'Etat au Tourisme, Frédéric Lefebvre. Au total, 60% à 80% des professionnels perçoivent une fréquentation en hausse par rapport à 2010, souligne un sondage TNS Sofres.

Autre particularité de cette année 2011 : les touristes semblent avoir privilégié une offre de qualité. «Quelque soit la destination, ce sont les hébergements de qualité, les mieux équipés, qui ont enregistré une plus forte croissance de leur fréquentation, souligne le rapport, de 20% pour les hôtels 4 et 5 étoiles et de 5% pour les campings 4 et 5 étoiles». Ce qui explique les écarts de fréquentation très importants constatés par le cabinet Protourisme entre des sites parfois tous proches géographiquement.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.