Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Thelma West, perle rare nigériane dans le monde des diamantaires

RelaxNews25/03/2016 à 12:59

Thelma West travaille pour "moins de 50 clients dont 12 investisseurs". (AFP PHOTO/DANIEL LEAL-OLIVAS )

(AFP) - Si les principaux pays producteurs de diamants sont africains, les experts sont essentiellement occidentaux ou indiens. Thelma West, Nigériane installée à Londres, est l'une des rarissimes Africaines dans ce milieu très fermé et masculin.

Cette jeune femme de 32 ans, diamants scintillant aux doigts et aux poignets, reçoit dans le bureau de ses sociétés de négoce de diamants et de création joaillière.

Discrétion et sécurité sont de mise: immeuble anonyme, interphone au nom cryptique, porte blindée et caméras de surveillance.

Son profil est atypique à plus d'un titre. Elle appartient à la minuscule communauté juive du Nigeria forte de 40.000 membres sur 140 millions d'habitants, elle est la première de sa famille à travailler dans l'univers des diamants. Sa carrière est d'autant plus surprenante que le Nigeria ne produit pas de diamants.

"Oui je suis la seule jeune femme juive nigériane dans le commerce du diamant et je ne connais pas d'autres Africaines", dit-elle à l'AFP, tout en confiant ne "pas trop aimer les étiquettes". 

- De Lagos à Anvers -

"A 16 ans, j'ai quitté Lagos pour venir finir mes études secondaires au Royaume-Uni", raconte cette aînée de cinq enfants à l'"enfance très heureuse" dans un milieu privilégié.

En ligne de mire, une "carrière solide": médecin, ingénieur, banquier, les seules professions qui aient grâce au pays. Mais son attirance pour les diamants est irrésistible.

C'est dans la boîte à bijoux maternelle que ses premiers émois pour ces pierres sont nés.

"Lorsque nous organisions une fête, ma mère me parait de petites pierres -boucles d'oreilles, bracelet- en me disant de ne pas les perdre", se rappelle cette fille d'une ancienne employée du brasseur Guinness et d'un industriel et promoteur immobilier.

Mais plus que la beauté, ce sont les secrets de ces pierres qu'elle veut percer.

D'où sa décision d'aller à Anvers, la capitale mondiale du diamant, à 17 ans, "sans y connaître personne", afin d'intégrer l'école de renommée internationale Hoge Raad Voor Diamant.

"Les cours ne me suffisaient pas. L'essentiel de la connaissance vient en manipulant quotidiennement les diamants", dit-elle.

Elle cherche donc un stage auprès d'un diamantaire. En vain pendant six mois. Jusqu'à ce que David, l'un d'entre eux, l'accueille chaque soir après les cours pendant un an.

A Londres, pince métallique en main, elle explique les spécificités de quelques-uns de ses diamants à l'AFP. "Celui-ci vaut un peu plus de 100.000 livres. Sa couleur est un peu faible mais il a été parfaitement coupé et reflète la lumière à merveille".

- Moins de 50 clients -

Après Anvers, elle est recrutée "par l'un des plus grands fournisseurs de diamants en Europe" basé à Barcelone en Espagne.

"C'était comme être jetée dans le grand bain. J'avais 19 ans. J'étais responsable du moindre diamant que possédait la société".

Elle y passera quatre ans avant de monter sa propre structure à Londres, aidée par d'anciennes camarades de classe de Lagos devenues banquières d'affaire.

Thelma West travaille pour "moins de 50 clients dont 12 investisseurs".

Ils sont Suisses, Russes, "une poignée de Français". Africains aussi "du Ghana, du Nigeria". Femmes au foyer, banquières, hommes d'affaires. Les relations se nouent "par le bouche à oreille". 

Entourée d'une équipe de dix femmes, elle fabrique elle-même toutes ses créations qui sont garanties à vie.

Sa création la plus ambitieuse? Un collier sur-mesure de près de 2 millions de livres.

Cette grande sportive -tennis et zumba pour "effacer les mauvaises journées"- travaille également à "créer un atelier" au Nigeria pour former les jeunes filles à la découpe de pierres précieuses, à la gémologie et à la création joaillière. "Un peu comme ce qu'a fait l'Inde".

Son rêve? Terminer la fabrication d'un "objet révolutionnaire" qu'elle a conçu. Destiné à tous les diamantaires, il s'agit de moderniser un outil ancestral de la profession en le dotant d'innovations high tech. Tradition et innovation, un mariage qui illustre son ambition.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.