1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Taxe sur les plus-values : les experts de l'immobilier très inquiets
Boursorama avec Newsgene08/02/2019 à 16:16

(PIXABAY / moerschy)

Les spécialistes de l'immobilier sont inquiets de la possible instauration d'une taxe sur les plus-values des résidences principales. La mesure a été envisagée par le président de la République lors d'un récent débat public. Ils estiment que le secteur est déjà lourdement taxé et qu'une telle mesure pourrait être dommageable pour la qualité des logements. 

Les experts de l'immobilier n'ont pas vraiment apprécié les dernières déclarations d'Emmanuel Macron. Le président envisagerait en effet de revenir sur l'exonération des plus-values sur les résidences principales.

Lors d'un débat public dans la Drôme, le chef de l'Etat a réagi à l'intervention d'une personne qui proposait cette mesure. « Votre idée est très bonne », a-t-il alors lâché. Il n'en fallait pas plus pour inquiéter les professionnels du secteur.

L'immobilier déjà trop taxé ?

Actuellement, seules les résidences secondaires, selon certains critères, sont soumises à cette taxe. « Si on s'attaque à la résidence principale, on s'attaque au cœur du réacteur », a prévenu Gaël Thomas, rédacteur en chef de Business Immo, à l'occasion de l'émission « Club immo » sur BFM Business ce mercredi 6 février.

Taxe d'habitation, taxe foncière, IFI, droits de mutation et de succession : l'immobilier est un secteur déjà lourdement taxé, estime les spécialistes. Il est plus facile de taxer le secteur de l'immobilier car « vous ne pouvez pas emmener votre immeuble, votre appartement, votre maison quand vous passez la frontière », regrette Gaël Thomas.

Une taxe pour les « très gros biens immobiliers » selon Bruno Le Maire

Malgré les niches fiscales, l'immobilier rapporte à l'État plus de 74 milliards d'euros en impôts et en taxes contre près de 42 milliards d'euros d'aides, selon un rapport de la Commission des comptes du logement publié l'été dernier. La remise en cause de l'exonération aurait des conséquences néfastes sur le pouvoir d'achat des Français mais également sur la qualité des logements.

« Les propriétaires feront moins de travaux pour valoriser leur logement qui se dégradera. Le président ne voit pas cela : il a une vision financière de l'immobilier et oublie son caractère social et non spéculatif », estime Pierre Hautus directeur général de l'Union nationale de la propriété immobilière.

Si cette taxe devait être appliquée, elle pourrait concerner les « très gros biens immobiliers », a précisé Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, ce mercredi 6 février sur France 2, soulignant que, pour les petits propriétaires, le gouvernement était là « pour baisser les impôts ».

28 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Wepler
    11 février10:21

    Le logement n'est pas assez taxé en France, c'est une évidence. C'est la raison pour laquelle le prix de l'immobilier ne cesse de croître car c'est un trop bon placement.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer