Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Taxe de séjour : Fabius vise aussi l'hébergement chez les particuliers

Le Parisien31/10/2014 à 14:45

Taxe de séjour : Fabius vise aussi l'hébergement chez les particuliers

Il avait pris la défense des hôteliers face aux députés en juin dernier. Ce vendredi, Laurent Fabius assure que les taxes de séjour, qui seront l'objet d'un amendement au projet de budget, resteront «raisonnables». Les hausses de taxes ne s'appliqueront qu'aux hôtels non-classés et aux 3 étoiles et plus.

Mais surtout, et c'est la nouveauté, le ministre des Affaires étrangères, également en charge du Tourisme, annonce aussi que les sites internet proposant des hébergements chez des particuliers, type Airbnb, seront désormais concernés. Une mesure qui a pour but de répondre aux inquiétudes des hébergeurs traditionnels, qui voient dans cette nouvelle forme d'hébergement de tourisme une concurrence déloyale. Le texte devrait être déposé ce vendredi et discuté «dès la semaine prochaine».

Les nouvelles taxes seront moins fortes que ce qui avait pu être envisagé et «modernes», selon Laurent Fabius, car elles toucheront les hébergements non traditionnels et accessibles via internet, comme la location chez les particuliers. «Les entreprises de réservation en ligne d'hébergement touristique non traditionnel se feraient représentant fiscal des hébergeurs et collecteraient la taxe de séjour pour leur compte», explique le ministère qui cible les sites type Airbnb, Bedycasa ou encore Sejourning. Les montants collectés «seraient ensuite reversés directement aux communes. Pour les hébergeurs ayant mis à la location des biens classés, les montants prélevés par les plateformes viendraient s'imputer aux montants totaux dus à la commune; à charge pour eux de payer la différence en fin de période».

Jusqu'à 4 euros pour les palaces

Dans le détail, les hôtels non classés et «établissements de caractéristiques équivalentes» seront taxés à hauteur de 0,75 euro, contre 0,40 euro jusque là, par nuit et par personne. Les établissements comportant une seule étoile resteront taxés à 0,75 euro par personne et par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

17 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • fquiroga
    04 novembre13:58

    A part ça, le fiston il à réglé ses impôts (et ses dettes)?????

    Signaler un abus

  • a.nottr1
    31 octobre18:29

    À l'école les enfants en grammaire apprennent, nos vosleurs, mais les parents sont soumis aux voleurs !

    Signaler un abus

  • M6197799
    31 octobre17:30

    A quand l'ISF sur les oeuvres d'art ?

    Signaler un abus

  • M362321
    31 octobre17:26

    Bientôt quand on va aller aux toilettes, on va payer une taxe aussi.

    Signaler un abus

  • sim0uss
    31 octobre17:17

    donc un hébergement qui est théoriquement interdit (location saisonnière à Paris) sera taxé ? ils sont vraiment très fort...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.