1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Taxe d'habitation : vers une revalorisation des valeurs locatives pour aider les collectivités ?
Boursorama avec AFP Services10/10/2019 à 10:36

La commission des Finances a adopté mercredi des amendements en faveur d'une revalorisation des valeurs locatives de 1,009%, soit le dernier indice des prix à la consommation, en lieu et place du gel des valeurs prévu. Un coup de pouce aux collectivités, qui s'inquiètent de la réduction de leurs ressources à cause de la suppression progressive de la taxe d'habitation.

(Photo d'illustration) ( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

Mesure emblématique du quinquennat Macron, le dégrèvement progressif de la taxe d'habitation sur 3 ans (2018 - 2020) pour 80% des contribuables les plus modestes est en cours : après une baisse de 30% l'an dernier, les contribuables concernés voient leur taxe d'habitation diminuer de 65% cette année. Le projet de loi de finances pour 2020 prévoit qu'en 2023 plus aucun contribuable n'acquittera de taxe d'habitation au titre de sa résidence principale.

Si la suppression de cette taxe, actuellement principale recette fiscale des communes, sera compensée "à l'euro près", a dit le gouvernement à plusieurs reprises, les inquiétudes restent vives chez les élus locaux. Cinq associations de maires ont notammen dénoncé la semaine dernière la volonté du gouvernement, dans le prochain projet de loi de finances 2020, de ne pas tenir compte de l'évolution des valeurs locatives qui entrent dans le calcul de la taxe d'habitation. Un manque à gagner de 250 millions d'euros par an de ressources locales, selon eux.

Finalement, la commission des Finances a adopté mercredi 9 octobre, lors de l'examen du projet de budget, des amendements La République en marche et du groupe Libertés et territoires en faveur d' une revalorisation de 1,009%, soit le dernier indice des prix à la consommation, en lieu et place du gel des valeurs prévu. Ces amendements devront toutefois être votés à nouveau dans l'hémicycle la semaine prochaine pour être intégrés au projet de budget.

La commission des Finances a adopté en outre un amendement socialiste prévoyant de taxer les logements vacants au même niveau que les résidences secondaires. En effet, "dans les zones de pénurie de logements, au regard de la taxe d'habitation, il est devenu plus rentable de laisser son logement vacant que de l'occuper, même en résidence secondaire", a observé le groupe PS, qui veut supprimer des "effets d'aubaine".

Dans certaines grandes villes, le nombre de logements considérés comme vacants a parfois augmenté, parallèlement à une diminution du nombre de résidences secondaires, l'année suivant l'instauration ou le relèvement de la majoration applicable aux résidences secondaires.

33 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • boczmak3
    10 octobre14:26

    Il n'est pas normale d'augmenter la bases des taxes d'habitation et foncière du montant de l'inflation. Il y en a mare. Commencer d'abord par augmenter les pensions des retraités du montant de l'inflation. Cela me semble bien plus judicieux, ou alors exempter sans condition tous les retraités de taxe foncière et d'habitation.Ra le bol les taxes. Nous n'arrivons plus à vivre sans angoisses. Il faut que çà cesse.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer