1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Taxe d'habitation: cinq associations de maires s'inquiètent d'une réduction de leurs ressources
AFP01/10/2019 à 18:19

Cinq associations de maires ont dénoncé mardi la volonté du gouvernement, dans le prochain projet de loi de finances 2020, de ne pas tenir compte de l'évolution des valeurs locatives dans les promesses de compensation "à l'euro près" de la suppression de la taxe d'habitation.

Mesure emblématique du quinquennat Macron, le dégrèvement progressif de la taxe d'habitation sur 3 ans (2018 - 2020) pour 80% des contribuables les plus modestes a été voté en loi de finances 2018. Le projet de loi de finances pour 2020 prévoit qu'en 2023 plus aucun contribuable n'acquittera de taxe d'habitation au titre de sa résidence principale.

Mais la suppression de cette taxe, actuellement principale recette fiscale des communes, sera compensée "à l'euro près", a dit le gouvernement à plusieurs reprises.

Or le PLF 2020 "propose de ne pas appliquer la revalorisation forfaitaire des valeurs locatives" qui entrent dans le calcul de la taxe d'habitation, déplorent les élus de plusieurs associations (Association des petites villes de France, Association des maires de France, Villes de France, Association des maires ruraux de France et "France Urbaine", qui regroupe les grandes villes et agglomérations).

Cela entraînerait selon eux "une réduction de 250 millions d'euros par an de ressources locales, en contradiction avec l'engagement répété du gouvernement de compenser la suppression de la taxe d'habitation +à l'euro près+".

Elles rappellent que "la revalorisation forfaitaire est de droit depuis la loi de finances pour 2017", et qu'elle "correspond à l'inflation constatée (de novembre à novembre)".

Suspendre cette revalorisation forfaitaire pour 2020 "équivaut à amputer sans aucune légitimité les ressources des budgets locaux d'environ 250 millions d'euros par an", ont-ils calculé, estimant que "cette réduction, si elle était confirmée, impliquerait une nouvelle diminution des capacités d'actions des communes et de leurs groupements en termes d'offre de services à la population".

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • qleraz
    01 octobre18:53

    Bravo Vazi ! t'en as d'autres ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer