Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Taux d'intérêts négatifs : des emprunteurs exigent d'être rémunérés, les banques refusent

Le Figaro02/05/2016 à 17:35

Plus de 400 particuliers ayant souscrit à un prêt immobilier demandent à leur banque d'être rémunérés. Et pour cause, les taux d'intérêt sont désormais négatifs. Les prêteurs en revanche refusent de payer.

Désormais, emprunter de l'argent pourrait vous en faire gagner. Du moins en théorie, car malgré la chute des taux d'intérêt sous la barre des 0%, les banques françaises refusent de rémunérer leurs clients emprunteurs ayant souscrit à un crédit immobilier à taux variable il y a plusieurs années. Depuis août 2015, l'AFUB (Association Française des Usagers des Banques) a déjà reçu 438 plaintes de particuliers qui reprochent aux banques de ne pas respecter la loi.

Dans la pratique, ces crédits immobiliers sont indexés sur l'Euribor, taux variable auquel les banques européennes se consentent des prêts. Or, l'Euribor est négatif depuis plusieurs mois maintenant, avoisinant les -0,250% (à trois mois) ces derniers jours. Si ce taux est en dessous de 0%, c'est parce que «les banques se financent déjà à niveau 0 auprès de la BCE», explique Serge Maître, secrétaire général de l'AFUB. Le système est, de fait, complètement inversé. C'est le prêteur qui doit payer un intérêt et l'emprunteur qui doit, en théorie, obtenir rémunération.

Mais les banques refusent d'accepter les demandes de remboursement d'intérêts ou de baisse de mensualités de leurs clients. «Deux thèses s'opposent, analyse Serge Maître, celle de la force du droit ou celle des banques qui diront qu'elles ne peuvent pas avoir de pertes dans la mesure où elles sont les prestataires de services». Des dizaines de grandes enseignes feraient partie de ce groupe de réfractaires. D'autres, qui ont pris davantage de précautions, ont opté pour des prêts à taux variable «capés», à la hausse comme à la baisse. Autrement dit, le taux d'intérêt est borné par des seuils qu'il ne peut dépasser. Une mesure de sécurité qui permet aux banques de se protéger des taux négatifs.

Vice-Président du Cercle des économistes, Bertrand Jacquillat analyse la situation:«C'est ennuyeux pour les banques mais celles-ci touchent, en plus d'un intérêt, une marge qu'elle ajoute initialement pour se protéger de ce genre de risque et compenser le taux négatif». Ce à quoi Serge Maître répond:«Les taux ont tellement baissé que les marges commerciales sont noyées».

Le secrétaire général de l'AFUB porte plus largement un coup au système: «Toute la logique financière est née lors d'une période d'augmentation des taux, c'est pourquoi les prêteurs ont préconisé les taux variables pour espérer gagner toujours plus. Aujourd'hui, c'est toute l'économie financière des banques qui se retrouve déjouée par des taux très bas. Quand l'Euribor a augmenté personne ne s'est plaint. Maintenant qu'il baisse jusqu'au négatif, les banques doivent elles aussi respecter les clauses du contrat».

L'AFUB compte engager «une riposte» en attaquant les banques en justice. Problème, les taux variables sont aujourd'hui extrêmement rares en France. Seuls 40.000 crédits immobiliers seraient concernés (5% de l'ensemble des crédits). D'autant qu'ils ne sont qu'un peu plus de 400 à avoir porté réclamation auprès de l'AFUB qui conçoit que cela risque de ne pas peser lourd.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.