1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Suppression des cotisations : fonctionnaires et retraités, grands oubliés de la réforme

Le Parisien29/09/2018 à 07:08

Suppression des cotisations : fonctionnaires et retraités, grands oubliés de la réforme

Mieux rémunérer le travail. Voilà le message que martèlent tous les ministres et députés de la majorité ces derniers jours. Pour rendre concrète cette belle déclaration d'intention, la suppression totale des cotisations salariales entre en vigueur au mois d'octobre.Sauf qu'il y a un angle mort : les fonctionnaires. Les plus de 5,5 millions d'agents de la fonction publique ne bénéficieront pas de cette augmentation de leur rémunération, et par ricochet de leur pouvoir d'achat. « Non seulement les fonctionnaires ne profiteront pas de cette mesure, mais, en plus, au 1er janvier, ils verront leur pouvoir d'achat diminuer à cause de la hausse de la cotisation retraite », se désole Luc Farré, secrétaire général de l'UNSA Fonction Publique. « C'est injuste, ils travaillent autant que les salariés du privé ! »«Arrêtez d'emmerder les retraités»Ils ne seront pas les seuls à se morfondre. Ce coup de pouce pour les « travailleurs » remue le couteau dans la plaie des retraités. Alors que 60 % d'entre eux ont pris de plein fouet, en janvier dernier, la hausse de la CSG, les plus de 17 millions de retraités risquent bien de fulminer en voyant ce coup de pouce leur échapper. Quelques semaines après avoir appris que leur pension allait en janvier augmenter bien moins que l'inflation, l'entrée en vigueur de la suppression des cotisations salariales pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase.« Certains se disent « on m'oublie, on me rejette », déplore Christian Bourreau, le président d'honneur de l'Union française des retraités. Ils ont l'impression que pour assurer la réussite du premier de cordée, on coupe la corde et on les sacrifie. Cela confirme la différence de traitement entre les retraités et les actifs. »Il y a deux semaines, Emmanuel Macron avait été cash. « Arrêtez d'emmerder les retraités », lançait-il à ses collaborateurs à propos d'une possible réforme du droit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

19 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    05 octobre22:30

    Sauf qu'il y a un angle mort : les fonctionnaires. Les plus de 5,5 millions d'agents de la fonction publique ne bénéficieront pas de cette augmentation de leur rémunération, et par ricochet de leur pouvoir d'achat." ILS ONT UNE COMPENSATION DE 1,5% ET N'ONT JAMAIS PAYES CES COTISATIONS POUR UN TAUX GLOBAL DE 3,15%, COMME LES REGIMES SPECIAUX, EN BENEFICIANT DES AVANTAGES !!!

    Signaler un abus

  • phil2404
    01 octobre09:30

    "ils travaillent autant que les salariés du privé".Affirmation péremptoire qui reste à démontrer pour cetains cas.

    Signaler un abus

  • nanolyon
    01 octobre07:52

    missiles encore : les retraites au moins sont revalorisées, même si c'est sous l'inflation. Et vous êtes en train de vous plaindre que les retraités qui touchent plus de 2000€/mois paient encore leur taxe d'habitation. Bouhou.

    Signaler un abus

  • nanolyon
    01 octobre07:20

    missiles, vu l'état pitoyable des finances publiques et de l'économie que votre génération nous laisse, je ne pourrai probablement pas en prendre, de retraite.

    Signaler un abus

  • cesarski
    30 septembre17:59

    diviser les français est le seul résultat de ces décisions profondément injustes en France un problème égal une taxe, et dire qu'il y a encore des retraites qui sont heureux d'être tondus! les prochaines élections sont un bon moyen de faire connaitre notre mécontentement. La loi sur la moralisation le première du genre devait entre autres réduire les coûts de l'Assemblée résultat les coûts ont augmentes de 47 millions (pas fini encore). Il est clair a qui profite

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer