Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Stages et petits boulots d'été : comment faire homologuer vos trimestres de retraite?

Boursorama avec Pratique.fr04/09/2017 à 11:30

Durant les beaux jours, nombreux sont les étudiants qui effectuent des travaux saisonniers pour se financer ou des stages pour se former. Or, du point de vue de la retraite, ces expériences professionnelles permettent d'amasser des trimestres ! Le point sur les règles en vigueur :

Stages et petits boulots d'été : comment faire homologuer vos trimestres de retraite ? / iStock.com - izusek

Un maximum de trimestres afin de partir plus rapidement à la retraite à taux plein

Trois catégories de régimes de retraite existent à ce jour en France : le régime des salariés du secteur privé, le régime des salariés du secteur public et le régime des non-salariés (destiné aux artisans, professions libérales, commerçants et agriculteurs). L'ensemble de ces régimes fonctionnent le plus souvent sur le mode suivant : ils sont composés d'une retraite de base (dans laquelle les trimestres accumulés sont reversés sous forme de pension une fois le départ en retraite effectif) et d'une retraite complémentaire (qui vient compléter le régime de base et est gérée par des organismes différents selon les secteurs d'activité). Pour tous les régimes de retraites, la règle est la même : plus la personne aura engrangé ses trimestres tôt dans sa vie professionnelle, plus elle pourra partir à la retraite à taux plein (160 trimestres) rapidement. Par conséquent, toutes les expériences professionnelles sont à prendre en compte dans le but d'accumuler des trimestres.

Les travaux saisonniers comptabilisés à partir d'un salaire seuil

Les « petits jobs » tels qu'on les appelle, entrent dans le décompte des trimestres dès lors qu'un contrat de travail à durée déterminée (CDD) a été signé entre l'employeur et le salarié. Le salaire perçu par la personne sera ainsi soumis aux cotisations sociales, ce qui implique automatiquement le gain de trimestres. La particularité des travaux saisonniers en matière de retraite est la suivante : le trimestre n'est pas comptabilisé selon un calcul de dates mais selon le montant des cotisations prélevées sur le salaire. Autrement dit, si la personne a cotisé sur la base d'un salaire égal ou supérieur à 1 464€ brut, elle recevra un trimestre. Si le salaire brut perçu est inférieur à cette somme, elle n'y aura pas droit (pour information, le montant du Smic mensuel est actuellement de 1 480,27€). Ce constat doit néanmoins être temporisé, puisque les régimes complémentaires (Arrco pour les salariés du privé, Ircantec pour les personnes travaillant dans le public) n'exigent pas d'avoir cotisé sur la base d'un salaire minimum pour percevoir des points de retraite.

Les stages en entreprise comptabilisés au-delà du salaire plancher

En ce qui concerne les stages de formation en entreprise, la règle est la suivante : les stages sont rémunérés sur la base d'un salaire minimum légal qui n'est pas soumis aux cotisations sociales. Ainsi, dans la même logique que pour les travaux saisonniers, la corrélation cotisations sociales/trimestres de retraite joue à nouveau mais ce coup-ci au désavantage du stagiaire. En revanche, si ce dernier perçoit un salaire supérieur au plancher minimum légal, le montant perçu en surplus du montant plancher fera l'objet de cotisations et sera donc décompté pour les droits à la retraite. Bon à savoir : un stage en entreprise, quel que soit le montant auquel il est indemnisé, n'ouvre pas droit à la cotisation pour la retraite complémentaire.

À savoir

En France, le système des retraites fonctionne sur le principe de la répartition : les cotisations des travailleurs actifs servent à financer les pensions des retraités. Ainsi, en plus de servir son propre intérêt, comptabiliser ses trimestres précocement renforce également la solidarité intergénérationnelle !

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.