Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Soldes d'hiver: bilan très mitigé, l'attrait s'est progressivement essoufflé

RelaxNews15/02/2016 à 17:05

Pendant les soldes d'hiver, les gens ont acheté moins d'articles, et moins chers. (MIGUEL MEDINA / AFP)

(AFP) - "Assez moyen, pour ne pas dire pas terrible": les soldes d'hiver, qui se terminent mardi soir, devraient se conclure sur un bilan très mitigé, avec une fréquentation meilleure que celle, catastrophique, de 2015, mais couplée à un essoufflement progressif et des budgets en baisse.

"Comme il a fait doux, les gens se sont déplacés" dans les magasins, indique à l'AFP Yves Marin, expert consommation chez Kurt Salmon, tablant sur une hausse de l'ordre de +1,5% à l'issue des six semaines de réductions.

Malgré tout, cette croissance reste à relativiser, car elle se fait sur une base de comparaison particulière, les soldes de l'an dernier ayant été un fiasco, à la suite des attentats de janvier 2015.

"Cette année, on devrait terminer entre +1,5% et +3%. Mais après une année 2015 mauvaise, encore heureux qu'on progresse. Dans le fond, c'est donc un bilan assez moyen, pour ne pas dire pas terrible", commente Didier Simon de Bessac, président de la Fédération des enseignes de l'habillement.

De plus, la période apparaît un peu en trompe-l'oeil, marquée par deux ou trois premières semaines en hausse notable, suivies d'un essoufflement.

"La concentration des achats sur les premiers jours est de plus en plus forte" au fil des années, note M. Marin.

Une tendance également constatée par la Fédération du prêt-à porter féminin qui, sur les trois premières semaines de soldes, fait état d'un bilan à +4%. Mais après, l'intérêt s'est vite émoussé.

Selon l'institut de sondages Toluna, le premier weekend a enregistré une hausse de fréquentation de 5,5 points, mais l'attrait a ensuite ralenti en troisième semaine (-0,5 point) avant de chuter à partir de la quatrième (-2,5 points) et de la cinquième semaine (-3,8 points).

Si, à l'issue de cette période, 80,6% des Français ont participé aux soldes - un chiffre relativement stable - les dépenses ressortent en baisse notable (-3,4%) à 197,50 euros.

"Les gens ont acheté moins d'articles, et moins chers", note Philippe Guilbert, directeur général de Toluna.

La faute à une météo particulièrement clémente, à un pouvoir d'achat toujours contraint et au fait que les consommateurs ont pris l'habitude de répartir sur l'année leurs achats à prix barrés, profitant de promotions de plus en plus fréquentes. "Cette année, les promotions d'avant-Noël ont été particulièrement nombreuses, ce qui a eu pour effet d'étaler les dépenses", note le responsable.

- Internet en progression -

Les commerçants parisiens se montrent majoritairement (57%) déçus de leurs soldes, selon l'Observatoire Crocis de la CCI Paris/Ile-de-France.

"Par rapport à un mois normal, le surplus de chiffre d'affaires généré par les soldes n'a pas dépassé 10% pour plus de la moitié des commerçants (51%). 27% ne déclarent même aucun chiffre d'affaires supplémentaire", note la CCI.

Si le textile-habillement termine les soldes sur un bilan peu enthousiasmant, après une saison catastrophique marquée par les attentats de novembre et une météo trop clémente pour favoriser les achats de grosses pièces d'hiver, d'autres secteurs comme l'ameublement/décoration ont réalisé de meilleurs scores.

"Des enseignes comme Ikea, Darty ou des sites comme CDiscount ou Amazon ont tiré leur épingle du jeu, en faisant des promotions particulièrement alléchantes", note M. Guilbert.

Le village de déstockage de marques One Nation, qui proposait des soldes sur des produits déjà à prix réduits, fait, pour sa part, état d'une progression de 21% de ses ventes.

"Les consommateurs deviennent plus exigeants avec les promotions offertes toute l'année", réservant leurs achats aux rabais les plus importants, analyse M. Guilbert.

De manière globale, le e-commerce s'en est mieux sorti, avec à l'issue des quatre premières semaines, une progression de 15%, avec un panier moyen à 114 euros, stable par rapport à 2015, explique la Fevad.

Selon Toluna, les ventes en ligne talonnent de plus en plus celles en boutiques. Sur les 41,1 millions de Français qui ont participé aux soldes, 36,5 millions ont acheté en magasin contre 27,5 millions sur le web.

Rue du commerce fait état d'une hausse de 33% de ses commandes, tandis que Brandalley enregistre une croissance de 11%.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.