Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sinistres et indemnités : les preuves à présenter

Le Figaro23/07/2013 à 13:35
Suite à un sinistre, les factures et les photos de vos biens constituent les preuves acceptées de votre capital immobilier ou mobilier. Il en va de même pour les estimations effectuées par des professionnels.
Les preuves pour les biens immobiliers

Après une explosion ou un incendie, il n'est pas toujours facile de voir que la charpente de votre maison était en cèdre ou que le plancher de votre appartement se composait de lattes de palissandre. Or, ces éléments conditionnent la juste estimation des biens immobiliers.

En effet, si vous êtes responsable des travaux, gardez précieusement les factures dans un coffre-fort en dehors de votre logement et présentez-les à l'expert en sinistre, mandaté par votre assureur, pour qu'il puisse évaluer correctement votre indemnisation.

Vous avez hérité d'une demeure de standing ou d'un loft parfaitement réhabilité? Conservez-en l'estimation faite par le notaire lors de la succession. La prise de photos des sols, murs et plafonds sont utiles à votre assurance habitation pour affiner l'indemnisation sur la valeur de reconstruction (remise à neuf minorée du coefficient de vétusté officiel).

À noter: suite à un sinistre, il existe des franchises sur les biens immobiliers. Les plus élevées concernent les franchises légales portant sur les catastrophes naturelles (de 380 à 1520€).

Les preuves pour les biens d'équipement

Votre cuisine flambant neuve possède un réfrigérateur américain, un four à chaleur tournante, un lave-vaisselle ultra-performant, un micro-ondes multi-usages etc. Vérifiez dès à présent qu'ils sont couverts par votre contrat MRH. Vous devez contracter une extension de garantie, pour que ce soit le cas.

Pour prouver la valeur de vos biens d'équipement, ne jetez surtout pas les factures, placez-les dans un coffre-fort loué à la banque, et doublez ces preuves par des photos. Si vous êtes victime d'un sinistre, elles vous assurent un remboursement optimal de vos appareils d'électroménager. Enfin, si votre contrat prévoit l'indemnisation uniquement sur la valeur d'usage, alors, la valeur à neuf est minorée de 10% par an.

L'indemnisation des autres biens mobiliers

Vos autres biens mobiliers rassemblent les meubles, le matériel informatique, audio et vidéo, ainsi que les vêtements. Ils ont fait l'objet d'une évaluation chiffrée de votre part, lorsque vous avez souscrit votre assurance habitation. Le contrat prévoit une indemnisation sur la valeur à neuf? Mettez toutes les chances de votre côté en présentant à l'expert en sinistre les factures de vos achats, ainsi que des photos.

Si vous avez souscrit un crédit à la consommation pour vous équiper, n'oubliez pas de le conserver car il constitue une preuve supplémentaire de votre capital mobilier. Si vous possédez des vêtements et/ou chaussures de valeur, faites-les expertiser par un professionnel et conservez ce document en lieu sûr.

Le cas particulier des biens de valeur

Pour être assurés, les biens de valeur doivent avoir fait l'objet d'une expertise par un professionnel ou d'une évaluation déclarée par vous-même. Cela concerne les antiquités, les livres anciens, les tableaux et les pierres précieuses non montées sur bijoux. Lors d'une estimation de biens, les métaux rares et la joaillerie relèvent, quant à eux, de la catégorie spécifique des objets précieux.

L'assurance des biens de valeur n'est pas la même que celle pour les objets précieux. En effet, il y a des différences au niveau de l'application des garanties et pour ne pas avoir de mauvaises surprises, convenez d'une valeur agréée pour ces biens. Elle résulte d'un accord entre l'assuré et un expert mandaté par l'assureur, à la souscription de la garantie et donc, l'indemnisation s'effectue sur cette base, sans autre preuve nécessaire.

Si vous préférez la valeur déclarée pour assurer vos biens coûteux, vous devez, après un sinistre, étayer votre déclaration par des photos et des attestations de la valeur de vos objets effectuées par des professionnels.

N'hésitez pas à faire appel à un courtier en assurance habitation, qui réalisera pour vous une comparaison de contrat adapté à votre demande.

» Profitez d'une assurance multirisque à partir de 5.90 €/mois


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.