Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Si Nice était à vendre, elle vaudrait 58,2 milliards d'euros

Le Figaro29/06/2017 à 06:01

Avec son vieux centre, sa plage et sa promenade des Anglais mondialement connue, Nice ne manque pas d'atouts. Si des amoureux de la Côte d'Azur voulaient acheter la ville, il faudrait, selon des spécialistes, débourser plus de 58 milliards d'euros.

Après Paris, Bordeaux, Strasbourg, Marseille et Nantes, c'est au tour de la cinquième plus grande ville de France d'être passée au crible par la FNAIM et l'économiste Patrice de Moncan. L'économiste et l'union des syndicats professionnels de l'immobilier se sont en effet lancé le défi de chiffrer la valeur des principales villes du pays.

» À Nice, les grands chantiers se cachent derrière du street art

Pour arriver à ce résultat, l'auteur et les agents immobiliers ont analysé les 41 quartiers que compte la ville. À partir des transactions réalisées dans chacune de ces zones, ils sont ainsi arrivés à une valeur de 53,8 milliards d'euros pour les 225.332 logements de Nice, à laquelle s'ajoutent 3,324 milliards d'euros pour les 6300 commerces et boutiques, ainsi qu'un milliard d'euros pour l'ensemble des bureaux de la ville (360.000 m² intra-muros). La valeur patrimoniale résidentielle est ainsi bien plus élevée que la valeur immobilière des commerces et bureaux. La part relative d'immeubles à usage tertiaire dans le parc immobilier total est en effet la plus faible de toutes les villes observées. Les commerces représentent quant à eux 5,7% de l'ensemble des bâtiments de la métropole, une part égale à celle de Paris, Marseille et Strasbourg.

Sur le podium des villes les plus chères

Nice est la troisième ville de France en termes de valeur patrimoniale après Paris et Marseille, mais devant Nantes, Bordeaux et Strasbourg. Le fossé existant entre Paris et les deux autres villes du podium est néanmoins impressionnant. Alors que le patrimoine immobilier de la cité phocéenne atteint 82,1 milliards d'euros, il culmine à 706,9 milliards d'euros pour la capitale.

La valeur indiquée par l'étude n'inclue pas les nombreux monuments de la ville. Les auteurs de l'enquête ont cependant tenté d'estimer leur valeur, en convertissant les joyaux architecturaux de la capitale économique et culturelle de la Provence en réserve foncière.

» Nice, d'où vient ton nom?

L'aéroport international de Nice, troisième aéroport de France en nombre de passagers, vaudrait ainsi la bagatelle de 25 milliards d'euros si à sa place étaient construits des logements de quatre pièces. Situé à l'emplacement sur lequel les Grecs phocéens ont fondé la cité, le magnifique parc de la Colline du Château, pourrait valoir 2,3 milliards d'euros. Le mythique hôtel Negresco, classé à l'inventaire des monuments historiques, est quant à lui estimé à 53,4 millions d'euros.

En additionnant seulement dix monuments emblématiques du centre historique, la ville serait ainsi réévaluée de plus de 27,8 milliards d'euros supplémentaires.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sidelcr1
    29 juin09:36

    Et si ma sœur en avait ? ce serait mon frère ?

    Signaler un abus

  • faites_c
    29 juin09:27

    "la FNAIM et l'économiste Patrice de Moncan" J'ai un doute que Mr de Moncan soit un économiste! Tout juste un dilettante qui occupe ses journées avec des études complètement inutiles! On comprend aussi pourquoi les agences affiliées FNAIM coutent la peau du c.l en frais d'agence si elles sont obligées de verser des cotisations pour rémunérer des études aussi stupides. Je suggère aussi au Figaro de virer Mr Gicquiau qui pollue un journal à priori sérieux avec ces articles complètement fantaisiste

    Signaler un abus

  • lsleleu
    29 juin08:42

    Pour une information ridicule on est servi ..... !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.