Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Seuls 10% des Français pensent que leur retraite sera confortable

Le Figaro27/04/2017 à 06:35

Peu optimistes, 63% des actifs français craignent que la dette et les déficits entravent, à terme, les dispositifs d'aides aux personnes âgées, selon l'étude annuelle HSBC.

Les Français craignent pour leurs vieux jours. C'est le constat établi par la quatorzième étude de HSBC consacrée à «L'avenir des retraites», portant sur seize pays différents, révèle RTL, ce mercredi. Près de 80% des Français interrogés s'attendent en effet à une diminution des pensions de retraite, dans les années à venir. Un tiers des personnes interrogées va même jusqu'à penser que les dispositifs d'aides aux personnes âgées vont disparaître.

Dans les 15 autres pays observés, HSBC constate que seuls 24% des actifs craignent une disparition des aides de l'État aux personnes âgées. Le pessimisme apparaît ainsi comme une caractéristique propre à la France. HSBC l'attribue en partie au contexte économique: «Le vieillissement de la population et la hausse des dettes nationales sapent la confiance dans la capacité des économies du monde à venir en aide aux personnes âgées». 63% des Français interrogés dans cette étude estiment que le niveau de la dette et des déficits pourrait, à terme, empêcher le versement des pensions de retraite. La moitié des sondés pensent que la faiblesse des taux d'intérêt peut constituer un frein à l'épargne qu'ils accumulent pour leurs vieux jours, et donc les pousser à travailler plus longtemps. 37% «pensent qu'ils continueront à travailler, sous une forme ou une autre, pendant leur retraite», renchérit HSBC. Au final seuls 10% des actifs pensent qu'ils pourront profiter d'une retraite confortable.

Le nombre de retraités croît

Anticipant une baisse de leurs revenus, 45% des actifs se tournent vers l'immobilier pour faire fructifier leur épargne. «32% optent pour l'épargne de précaution, 15% pour les régimes de retraite privés, 12% pour les valeurs mobilières et 2% pour les obligations d'État/Entreprise», complètent les auteurs de cette étude. HSBC remarque que les Français sont relativement prudents. 10% des actifs se disent prêts à réaliser des placements risqués «pour garantir leur stabilité financière». À l'échelle mondiale, la moyenne s'établit à 34%.

À quelques jours du second tour de l'élection présidentielle, la question des retraites s'impose comme un enjeu majeur de la campagne. Et pour cause, le nombre de retraités ne cesse de croître. La moyenne mondiale s'établit à 47%. En 2015, la France comptait 13,6 millions de personnes retraitées, contre 10,7 millions en 2005, selon les chiffres de l'Insee. Au 31 décembre 2016, la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) recense 14,02 millions de retraités. Pour rappel, le montant moyen de la retraite de base pour une carrière complète au régime générale s'établit à 1041 euros par mois, en 2016. L'année précédente, il atteignait 1037 euros.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ericlyon
    26 avril17:53

    @M4189758 : arrêtez vos propos démagogique et apprenez à compter ce n'est pas avec quelques millions d'euros d'économie sur les politiques qu'on financera les dizaines de milliards nécessaires.

    Signaler un abus

  • lsleleu
    26 avril15:43

    confortable oui c'est possible en continuant d'augmenter la dette nous n'avons que 2200 milliards d'euros de dette pourquoi pas continuer

    Signaler un abus

  • ericlyon
    26 avril14:14

    C'est assez logique, comme la retraite est toujours ou presque inférieure aux salaires que l'on touche lorsqu'on est en activité, on ne peut pas la considérer comme "confortable".

    Signaler un abus

  • M4189758
    26 avril11:46

    JPi - Les Français auront une bonne retraite quand on aura aligné les retraites des polis tiques sur celles des Français. Car alors seulement ils pourront revoir les régimes de retraites pour n'en faire qu'un seul et plus juste. Les privilèges des polis tiques c'est pas...fini.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.