Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Séjour à l'étranger : quelle assurance rapatriement faut-il souscrire ?

Le Figaro08/07/2016 à 16:13

L'assurance rapatriement est essentielle si vous envisagez un voyage lointain, dans un pays plus ou moins risqué ou dans un pays qui pratique des tarifs élevés en termes de soins médicaux (USA, Japon…). Selon les offres d'assurance, les garanties peuvent être très différentes. Il faut donc les examiner précisément.

Aujourd'hui, lorsqu'un voyageur subit un accident corporel, son rapatriement sanitaire dans son pays d'origine n'est plus systématique. Il ne s'impose que si le blessé se trouve vraiment dans un état très grave et dans un pays où il n'y a aucun hôpital à proximité. C'est pourquoi ce qu'on appelle assurance rapatriement recouvre plutôt une gamme de services adaptés à toutes les situations en cas d'accident durant un voyage.

Assurance et assistance

L'assurance rapatriement prévoit d'abord des indemnisations, remboursements ou dédommagements financiers. Exemples: le remboursement de frais d'hospitalisation à l'étranger, de transport sanitaire, de soins et de médicaments, de prolongation d'un séjour pour raison médicale.

Tandis que l'assistance est une aide en nature comme l'évacuation sanitaire vers l'hôpital régional le plus proche. Mais selon les nécessités de la situation, l'assistance peut aussi être un diagnostic et des préconisations de soins délivrés à distance par le médecin de l'assureur. Il peut s'agir aussi de l'envoi d'un auxiliaire médical auprès du voyageur, de la prise en charge de sa famille ou de l'accompagnement de ses enfants s'il doit être hospitalisé d'urgence.

»» Lire aussi: Voyage à l'étranger: quelle assurance santé comprend ma carte bancaire

La recherche, les secours, le décès

Outre la gestion des accidents corporels, les meilleurs contrats d'assurance rapatriement proposent de couvrir les frais de recherche et de secours de l'assuré. Exemples: après un accident de montagne, une catastrophe naturelle. En cas de décès, cette assurance couvre également les frais de rapatriement du corps jusqu'au lieu d'inhumation. Les frais funéraires sont parfois compris dans la garantie, mais pas toujours.

Vérifiez les limites et les exclusions

• Seuls les frais de transport sanitaire et de rapatriement sont remboursés intégralement

• Pour éviter les dérives, toutes les autres garanties sont encadrées: les remboursements sont soumis à justificatifs, plafonnés ou assortis de franchise. Exemples: la prolongation d'un séjour pour raison médicale peut être limitée à 90 € par jour pendant 10 jours maximum. Une urgence dentaire peut être limitée à 150 €, avec 30 € de franchise.

• Certains risques sont exclus d'office des contrats, en particulier: les frais médicaux d'urgence à la suite d'actes de guerre, d'insurrection ou d'émeutes. Seules l'annulation ou l'interruption du voyage sont admises dans ces situations.

»» Lire aussi: Est-il nécessaire de prendre une assurance- voyage?

Bon à savoir

A l'intérieur de l'Espace Économique Européen (Union européenne + Islande, Norvège et Lichtenstein), l'assurance maladie et les mutuelles françaises continuent à protéger leurs assurés, notamment dans le cadre des séjours de vacances. Dans ce cas, une assurance rapatriement prendra en charge la part des frais non remboursés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.