Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Santé : lutter contre les cancers d'origine infectieuse

Le Figaro02/12/2013 à 19:23
Plusieurs sortes de cancer sont dues à des infections chroniques. On les combat en jugulant ces infections et en détectant au plus tôt les lésions cancéreuses. Une action menée par les pouvoirs publics et relayée par les complémentaires santé.
Le cancer de l'estomac

Avec 5000 nouveaux diagnostics par an, selon l'Institut National du Cancer, ce cancer d'origine infectieuse est le plus répandu dans l'Hexagone. Le cancer de l'estomac provient de l'action chronique de la bactérie helicobacter pylori sur la muqueuse gastrique. Elle engendre des inflammations qui finissent par devenir des lésions cancéreuses.

Le traitement de l'infection par la bactérie helicobacter pylori peut engendrer, à son tour, un accroissement des tumeurs gastriques. En effet, les médicaments utilisés agissent sur l'ensemble de l'organisme, qui retourne alors ses défenses contre les organes déficients.

Le cancer de l'estomac se soigne par ablation des tumeurs. Il exige un long suivi à l'hôpital, avant que l'état du patient soit stabilisé.

À noter : une complémentaire santé renforcée sur le remboursement des frais d'hospitalisation est indispensable pour aborder sereinement les soins liés à toute forme de cancer.

Le cancer du col de l'utérus

Concernant majoritairement les femmes de 50 ans, le cancer du col de l'utérus se manifeste par 2800 cas annuels. Il résulte de l'action chronique des papillomavirus humains sur la paroi utérine. Ceux-ci se transmettent très facilement par contact sexuel ou buccal.

Le vaccin contre les papillomavirus humains constitue le moyen le plus efficace de prévenir le cancer du col de l'utérus, mais il ne fonctionne que sur les jeunes filles de moins de 20 ans. Après cet âge, l'organisme a déjà réagi par lui-même à l'infection. Le mode de dépistage du cancer repose alors sur un frottis cervical tous les deux à trois ans.

Les lésions bénignes du cancer du col de l'utérus sont éradiquées par laser, tandis que les tumeurs malignes nécessitent un traitement plus complexe de chimiothérapie et de radiothérapie.

Le cancer du foie

Provenant des infections par les hépatites virales B et C, le cancer du foie se détecte chez 2500 personnes chaque année. Les stades intermédiaires en sont la fibrose et la cirrhose. La structure interne du foie se déforme et le liquide hépatique finit par se répandre dans l'abdomen.

Il faut dépister le cancer du foie au plus tôt, pour espérer la stabilisation de la maladie. Les signes en sont un gonflement abdominal, accompagné de fatigue et d'une coloration jaunâtre de l'épiderme. Des tests sanguins et une IRM confirment le diagnostic.

Les thérapies ciblées, qui bloquent la reproduction des cellules cancéreuses en supprimant leur apport en oxygène, donnent de bons résultats dans le cas de lésions peu étendues. En revanche, si une part importante du foie est atteinte, il faut envisager son ablation partielle, et la guérison du patient est alors soumise à l'absence de métastases (tumeurs récidivantes).

Le plan cancer 2014-2018

Lutter contre les cancers d'origine infectieuse passe par des campagnes d'information et de prévention. Cet aspect est pris en compte par le nouveau plan cancer 2014-2018, qui prévoit le renforcement des actions de dépistage précoce.

Parallèlement, la prise en charge des patients atteints d'un cancer d'origine infectieuse devrait s'orienter vers davantage de soins en mode ambulatoire, afin de limiter les hospitalisations, source de stress. Enfin, il est prévu de repenser le remboursement des soins aux cancéreux, pour encourager l'utilisation des nouveaux traitements, à l'efficacité prouvée.

Les complémentaires santé luttent, elles aussi, contre les cancers d'origine infectieuse en participant à la journée mondiale contre le cancer, notamment.

Bon à savoir : en vertu du Code de la Mutualité qui les régit, les mutuelles de santé ne sont pas autorisées à soumettre leurs adhérents à un questionnaire médical.

Pour optimiser votre protection santé, demandez conseil à un courtier en assurance santé.

» CPLUSSUR. com: profitez des prestations proposées par votre courtier en assurance et des avantages qui en découlent.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.