Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Santé : faire face aux problèmes musculaires

Le Figaro02/01/2014 à 18:36
Les problèmes musculaires sont souvent liés à d'autres déséquilibres qu'il faut aussi traiter. L'Assurance Maladie prend en charge ces traitements, mais les remboursements sont améliorés avec une mutuelle ou une assurance santé.
Les douleurs sans effort sportif

S'ils permettent les mouvements, les quelque 650 muscles du corps humain réagissent également aux infections et aux difficultés articulatoires, qui entraînent de douloureuses inflammations. C'est ainsi que surviennent les torticolis et les lumbagos.

Le traitement de ces problèmes musculaires implique d'en identifier la cause. Il peut s'agir d'une grippe ou d'une atteinte bactérienne de la colonne vertébrale. Afin de calmer les symptômes, le médecin traitant prescrit des antalgiques et des anti-inflammatoires.

Lorsque votre torticolis ou votre lumbago se répète, des séances de kinésithérapie récupèrent les muscles endommagés, tout en corrigeant leur position. En l'absence d'une mutuelle ou d'une assurance santé, les tarifs conventionnés vous laissent à payer 7,90€ par consultation médicale et 8,20€ pour chaque séance de kinésithérapie.

Les crampes et les contractures

Une contracture musculaire est une crampe qui ne passe pas. Elle persiste pendant plusieurs heures, à la différence de la crampe qui s'estompe après quelques minutes. Cependant, ces deux problèmes musculaires ont une origine commune: un effort sans échauffement et sans hydratation appropriée. Chez les sédentaires, on constate aussi un déficit en calcium, en potassium et en magnésium.

C'est un bilan sanguin qui identifie les manques en minéraux et oligo-éléments, tandis que les soins du muscle passent par l'utilisation de remèdes myorelaxants et par l'enveloppement de la zone douloureuse dans un coussin thermique.

Les contractures musculaires et les crampes surviennent fréquemment en vacances, lors des premiers jours de ski, de planche à voile ou de tennis. Vous pouvez alors consulter un autre médecin que votre généraliste, en étant remboursé à 70% par la Sécurité sociale, tant que vous séjournez dans l'Hexagone, ou dans la plupart des Départements et Pays d'Outre-Mer.

Bon à savoir: pour être couvert à Mayotte, en Polynésie ou en Nouvelle-Calédonie, il faut demander un formulaire de prise en charge, avant le départ, auprès de sa caisse d'Assurance Maladie.

Les élongations et les déchirures

À l'inverse des courbatures et des crampes, durant lesquelles le muscle se contracte, les élongations et les déchirures résultent du dépassement de la capacité d'allongement des fibres musculaires. Cela se produit quand on dose mal son effort, au cours d'une séance de yoga, de tai chi, de danse ou de natation, par exemple.

La déchirure se distingue de l'élongation par l'apparition d'un hématome. Il faut en limiter l'étendue en appliquant aussitôt une poche de glace. Ensuite, le traitement nécessite un drainage chirurgical, puis des électrostimulations qui favorisent la cicatrisation.

Les soins d'une élongation imposent d'immobiliser le muscle, jusqu'à ce qu'il ne soit plus douloureux. Ensuite, la kinésithérapie le sollicite en douceur, afin de lui rendre sa tonicité.

Les maladies musculaires

Il existe plusieurs types de maladies musculaires qui peuvent avoir une origine génétique ou environnementale. On les regroupe sous la dénomination de dysmorphies musculaires. Ce sont principalement les myopathies et les myasthénies.

La myopathie entraîne des nécroses musculaires qui limitent la force du patient, puis sa mobilité. La myasthénie affaiblit graduellement les muscles du visage, ce qui se traduit par une mâchoire pendante et des difficultés à déglutir.

On traite ces dysmorphies musculaires en supprimant les tumeurs cancéreuses qui leur sont parfois associées, puis en équilibrant le système immunitaire à l'aide de médicaments agissant sur les neurotransmetteurs. Ces soins complexes se déroulent en milieu hospitalier.

À noter: affections de longue durée, les dysmorphies musculaires nécessitent d'avoir une complémentaire santé, pour les dépassements d'honoraires qui ne sont jamais pris en charge par l'Assurance Maladie.

Optimisez le remboursement de vos frais médicaux en faisant appel à un courtier en assurance santé.

» Bénéficiez d'un bon remboursement de votre complémentaire santé avec CPLUSSUR.com

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.