Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Santé : comment lutter contre l'arthrite

Le Figaro 21/08/2013 à 19:58
Maladie touchant les articulations, l'arthrite peut survenir à tous les âges, mais ses formes les plus sévères débutent après 40 ans. Le traitement en est bien remboursé avec une complémentaire santé.
L'arthrite juvénile

L'arthrite juvénile survient avant l'âge de 16 ans, chez 1 enfant sur 1000. Elle apparaît lorsque le système immunitaire est déficient. Il en résulte une inflammation des articulations qui peut gêner la croissance, si elle n'est pas enrayée.

Le diagnostic de l'arthrite juvénile repose sur une radiographie des articulations douloureuses et sur un test sanguin pour évaluer les défenses de l'organisme. Le traitement comporte la prise d'antalgiques et d'anti-inflammatoires, le port d'attelles évitant aux articulations de se déformer. De plus, des séances de kinésithérapie aide à la rééducation des gestes.

À noter: en complément de la Sécurité sociale, toute assurance santé garantit des remboursements à 100% sur l'arthrite juvénile et vous restez libre du choix du médecin pour votre enfant.

L'arthrite goutteuse

Maladie connue depuis l'Antiquité, l'arthrite goutteuse se caractérise par une vive douleur au gros orteil. En effet, elle touche essentiellement les hommes de plus de 50 ans qui présentent un taux élevé d'acide urique. Ce trouble provient d'une alimentation trop riche en protéines ou d'une leucémie (cancer du sang).

Cette forme d'arthrite se soigne avec des corticostéroïdes. Parallèlement, le taux d'acide urique est abaissé en modifiant le régime alimentaire. En cas de complication cancéreuse, il faut faire des séances de chimiothérapie.

Si vous n'avez pas de complémentaire santé, vos remboursements se limitent à 70% chez votre médecin traitant, à 65% sur les médicaments et à 80% à l'hôpital. De plus, les franchises, les dépassements d'honoraires et le forfait journalier font vite grimper la note.

La polyarthrite rhumatoïde

Cette sorte d'arthrite touche 1% de la population. Elle se manifeste à partir de 40 ans. Les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde sont les suivants: des articulations raides au lever, puis enflées et douloureuses. Les mains et les poignets en sont atteints fréquemment, suivis par la jonction bassin-colonne vertébrale.

Pour lutter en profondeur contre cette arthrite, il faut neutraliser le comportement inflammatoire de l'organisme. C'est le rôle des anti-TNF alpha. Composés de substances organiques, ils viennent à bout des agents pathogènes impliqués dans la polyarthrite rhumatoïde.

Afin d'obtenir ce traitement qui dure au moins 12 mois, consultez votre médecin traitant: il vous oriente vers un rhumatologue hospitalier, dont le rôle est de veiller à d'éventuelles contre-indications par des examens complémentaires.

Bon à savoir: la polyarthrite rhumatoïde étant reconnue comme une affection de longue durée, l'Assurance Maladie en rembourse les soins et les médicaments à 100%.

L'arthrite dégénérative

L'arthrite dégénérative porte également le nom d'arthrose. Elle concerne 2 personnes sur 3 après 65 ans. Elle se distingue par une usure prématurée des articulations, pour des raisons génétiques ou de mode de vie (sportifs professionnels). Les cartilages n'absorbent plus les frottements entre les os, ce qui produit un échauffement et une douleur au mouvement.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens traitent les symptômes, mais pour freiner l'évolution de la maladie, il est important de revoir son régime alimentaire et de pratiquer une activité physique douce. En cas d'arthrose du genou, ou de blocage des articulations, des séances de kinésithérapie sont nécessaires. N'oubliez pas de respecter le parcours de soins coordonnés pour être entièrement pris en charge par la Sécurité sociale et votre assurance santé.

Afin de vous aider à prendre en charge vos dépenses chez le médecin, faites appel à un courtier d'assurances pour trouver la meilleure assurance santé.

» Assurance santé: optez pour une solution sur mesure et au meilleur prix avec CPLUSSUR.COM

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.