Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Retraites : les Français pourraient cotiser 44 annuités

Le Figaro13/05/2013 à 12:31
Alors que le gouvernement rencontre ce lundi les partenaires sociaux, François Hollande songerait à augmenter la durée de cotisation de 41 annuités et demi à 44, sans toucher à l'âge légal de départ à la retraite. » Retraites : d'amples efforts seront encore nécessaires

À un un peu plus d'un mois de la conférence sociale, le gouvernement s'attaque entre autres au dossier ô combien brûlant des retraites. Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, reçoit les partenaires sociaux pour étudier les différentes pistes de réforme. Certaines se précisent. Selon Europe 1, l'Élysée prévoirait d'augmenter les annuités de 41 et demi à 44, sans toucher à l'âge légal de départ à la retraite de 62 ans. De son côté, la présidente du Medef plaide pour un allongement de la durée de cotisation à 43 ans d'ici 2020 et un recul de l'âge légal à au moins 65 ans à l'horizon 2040. «Notre système est à nouveau en déficit, a-t-elle déploré. A l'horizon 2020, le déficit cumulé de tous les régimes de retraites sera de 200 milliards d'euros. Cela affaiblit l'économie de notre pays, c'est anxiogène pour les Français et pénalisant pour les jeunes générations».

Côté syndicats, c'est la soupe à la grimace. Pour le nouveau patron de la CGT, Thierry Lepaon, cette hausse des annuités serait inacceptable. S'il n'obtenait pas satisfaction , il envisage une «mobilisation d'ampleur» . Même son de cloche du côté de Force Ouvrière. «Il n'y a aucune raison qu'on augmente encore la durée de cotisation, elle est déjà en hausse et elle est trop forte selon nous, a déclaré le secrétaire de FO, Jean-Claude Mailly, sur Canal + . On est partisans même d'une réduction de cette durée. Si on l'augmente, les générations futures de retraités partiront avant, avec une décote».

Pour assurer le retour à l'équilibre du régime en 2020, François Hollande réfléchit toujours à augmenter la CSG des retraités pour l'aligner sur celle des actifs. Les plus aisés des retraités (soit 47 % des pensionnés) bénéficient en effet historiquement d'un taux de CSG réduit, fixé à 6,6 % contre 7,5 % pour l'ensemble des actifs. Et si la desindexation des retraites était confirmée, les retraités pourrait alors perdre en pouvoir d'achat entre 140 et 250 euros par an. «Les retraités sont les victimes de François Hollande», a réagi Xavier Bertrand, député de l'Aisne, sur Europe 1.

Le dossier des retraites pourrait par ailleurs être accéléré: toujours selon Europe 1, plus question d'attendre l'automne, le gouvernement songerait à boucler le projet plutôt fin juillet, pour une proposition de loi si possible en septembre. Et ainsi répondre aux exigences de la Commission européenne qui, en échange d'un délai de grâce de deux ans pour réduire son déficit, a pressé la France de poursuivre ses réformes structurelles. Il y a trois mois, la présidente du Medef, Laurence Parisot, avait également pressé le gouvernement d'accélérer sur ce dossier.

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • launor
    23 mai19:31

    Travailler comme trader est totalement improductif, il faudrait d'abord déstresser les travailleurs pour qu'il n'aient plus l'envie de partir en retraite, le stress est surtout économique : combien vais-je gagner demain , vais-je conserver mon emploi, vais-je être promu etc..., un retraité ne se pose pas ces questions qui obsèdent les actifs.

    Signaler un abus

  • janaliz
    18 mai15:13

    Qu'est-ce qu'on dit : merci pingouin !!!!!.... Donc le mensonge est érigé en loi de société, car, commençant à travailler à 18 ans (dans le meilleur des cas) cela nous emmène à 62 ans... Et ceux qui sont autorisés à partir à 60 ans... Ah, il y a un hiatus... Et il ne va pas falloir avoir trop de trous dans sa carrière... Et pour les fonc... quelle est la règle... Et pour les ministres et élus de tous poils...

    Signaler un abus

  • Al2175
    15 mai19:12

    projet passerait de 166 tri a 168 tri quid a partir de quelle generation ? 1957 ? ( 1955 et 1956 decret passe en 2012 pour 166 tri )ensuite 172 tri en 2020, puis 176 tri en 2025+ forte decote pour depart anticipe

    Signaler un abus

  • mpincon
    14 mai18:57

    Je connais des personnes qui travaillent encore après 70 ans à un rythme soutenu et aiment cela !J'ai lu l'histoire d'un trader aux USA qui a réalisé sa plus belle opération à 80 ans !Donc , il faut arrêter avec ces larmoiements bien français et regarder la réalité en face : il faut travailler plus longtemps ! ( Et les régimme spéciaux devront s'aligner sur les autres régimes de retraite )Appamée

    Signaler un abus

  • chnivet
    13 mai15:11

    Je pense qu'il faut prévenir nos jeunes qu'ils vont se faire blouser en payant des retraites qu'ils ne toucheront jamais . Comme nous , 50ans au chomage avec 25 années cotisée . Il me reste 19 ans à faire . J'arrive à 69 ans . Comment je fais ? On paye pour les fonctionnaires c'est inadmissible ! 44 années , en réalité c'est faire partir avec une décote !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.