Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Retraites : ce qui a été acté

Le Figaro 27/08/2013 à 15:28
Force ouvrière a confirmé ce matin la mise en place d'un compte pénibilité. Retour sur les points essentiels de ces deux jours de discussions entre l'exécutif et les organisations patronales et syndicales. » Retraites : Ayrault s'applique à ne mécontenter personne

La durée de cotisation

Si l'exécutif se refuse à repousser le recul de l'âge légal de départ à la retraite, il envisage d'augmenter la durée de cotisation, qui atteindra 41 ans et trois trimestres en 2020. La prochaine réforme ne s'appliquera pas donc avant cette date, a souligné le premier ministre. Reste à déterminer jusqu'où la limite cruciale sera repoussée. Le rapport Moreau sur les retraites proposait d'ajouter un trimestre tous les 3 ou 4 ans, soit 44 ans de cotisations nécessaires pour la génération de 1989. Une mesure qui satisferait le Medef mais qui provoque l'ire des syndicats de salariés. Seule la CFDT n'y est pas tout à fait opposée, tout en prévenant qu'elle n'acceptera pas d'aller au-delà de 43 ans en 2035.

La hausse de la CSG

Pas de hausse généralisée, c'est l'engagement de Jean-Marc Ayrault. En revanche, un alignement de la CSG des retraités (aujourd'hui à 6,6%) sur celle des actifs (7,5%) est l'option privilégiée pour l'instant, suite à une concession de la CGPME.

Le mode de calcul

Expurgé des négociations, le mode de calcul des retraites ne changera donc pas. La retraite des fonctionnaires continuera d'être calculée en fonction des six derniers mois tandis que celle des travailleurs du privé le sera toujours sur les 25 meilleures années.

Le compte pénibilité

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO) l'a confirmé ce matin : un compte pénibilité sera mis en place à partir du 1er janvier 2015. Il sera financé par les employeurs. La CGT évoquait hier une année de cotisations de gagnée pour trente travaillées, ce qui permettrait aux salariés ayant des métiers pénibles de partir plus tôt à la retraite.

Des mesures pour les jeunes...

Alors que les deux-tiers des trimestres en apprentissage et en alternance sont aujourd'hui pris en compte pour la retraite, ils le seront désormais intégralement. Les jeunes diplômés auraient également la possibilité de racheter leurs années d'études à un tarif préférentiel jusqu'à cinq ans après la fin de celles-ci.

... et pour les femmes

La majoration des pensions de 10% pour les parents d'au moins trois enfants disparaîtrait au profit d'un forfait attribué uniquement aux femmes, à partir du premier enfant. Afin de moins pénaliser le temps partiel, le seuil nécessaire pour valider un trimestre de cotisation pourrait être abaissé à 150 fois le SMIC horaire brut, contre 200 fois à l'heure actuelle.

Le financement de la réforme

Aucune information n'a filtré sur le financement exact que nécessiteraient ces différentes mesures. Si la hausse généralisée de la CSG est écartée, la piste la plus probable serait une hausse des cotisations vieillesse, supportée par les entreprises. Pour ne pas froisser le Medef, le gouvernement lui a promis en échange une baisse du coût du travail, sans plus de précisions.

Les retraités seront également mis à contribution, puisqu'ils devront dire adieu à l'abattement fiscal de 10% sur leurs pensions. Cela permettra à l'Etat de récupérer entre 500 millions et 3,3 milliards d'euros.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.