Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retraite : Les habits neufs du Perp

Le Figaro19/11/2011 à 18:28
Au fil des réformes, le plan d'épargne pour la retraite populaire a perdu un peu de sa rigidité. Suffisamment pour recommencer à séduire les Français ?

Comment sortir le Perp de l'ornière ? Ce placement d'épargne-retraite a beau offrir un séduisant avantage fiscal (les versements effectués sur le plan sont déductibles du revenu imposable), il n'a pas encore conquis les Français. A fin juin, les sommes ainsi placées atteignaient péniblement 6,7 milliards d'euros. Un score assez médiocre pour un produit qui existe depuis 2003. Car le principe même du Perp a effrayé plus d'un épargnant : on y investit sa vie durant, et le capital ainsi accumulé est transformé, lors du départ à la retraite, en une rente viagère. Autrement dit, c'est un placement au long cours, un tunnel dont il est difficile de sortir. Pour les souscripteurs habitués à la souplesse de l'assurance-vie - et à ses retraits en capital possibles à tout moment -, le contraste était saisissant.

Le gouvernement a donc peu à peu revu sa copie et accordé quelque souplesse supplémentaire au Perp pour le rendre plus séduisant. Et, aujourd'hui, il n'est plus tabou de parler de retraits en capital sur ce placement. Mais dans des conditions bien encadrées. Au cours de la phase d'épargne (pendant la vie active), le souscripteur n'avait initialement le droit de récupérer son capital que dans trois cas : la fin des droits aux allocations chômage, la liquidation judiciaire (pour les chefs d'entreprise), et l'invalidité grave (dépendance). Depuis 2010, il est autorisé à le faire aussi si son conjoint (ou son partenaire pacsé) décède et s'il est confronté à une situation de surendetttement.

Retraits: une fiscalité plus douce

Mais surtout, de nouvelles possibilités de sortie ont aussi été prévues au moment de la retraite. La première entorse au sacro-saint principe de la conversion en rente viagère a été faite pour l'achat de la résidence principale. Les souscripteurs qui s'apprêtent à prendre leur retraite peuvent en effet, s'ils n'ont pas été propriétaires de leur logement au cours des deux années précédentes, retirer en totalité ou en partie le capital de leur Perp pour s'offrir leur nouveau home sweet home. En 2010, ce principe a été écorné une seconde fois avec une nouvelle disposition qui accorde à tout un chacun, sans condition particulière, le droit de retirer jusqu'à 20 % du capital disponible sur le Perp avant de le transformer en complément de retraite.

Plus discrètement, le régime fiscal de ces retraits a été modifié. Au départ, le capital retiré pour l'achat de la résidence principale devait être réintégré à l'impôt sur le revenu, avec un système particulier pour limiter les sauts de tranche d'imposition. Cette fiscalité à la sortie était la contrepartie de l'économie d'impôt dont avait profité le souscripteur grâce à ses versements. «Désormais, le régime fiscal est plus avantageux. Le capital retiré est en effet soumis à une taxe forfaitaire de 7,5%, après un abattement de 10%», explique Nicolas Deschamps, directeur du marché de l'épargne-retraite individuelle d'Axa France. Exemple : sur un capital de 1 million d'euros disponible sur le Perp, si 200 000 euros sont retirés à la retraite, seuls 180 000 sont imposables et soumis à la taxe de 7,5 %. «Une fiscalité douce comparée à l'avantage fiscal accordé à l'entrée: pour les contribuables taxés dans la plus haute tranche à 41%, 200.000euros versés sur un Perp au fil des années permettent une économie d'impôt allant jusqu'à 82.000euros», ajoute Nicolas Deschamps.

Ces nouvelles règles suffiront-elles à réconcilier les Français avec le Perp ? Ils y seront sans doute sensibles, mais les assureurs qui distribuent ce placement avancent un argument plus percutant. «Il faut faire prendre conscience aux Français de leur longévité, et de l'intérêt d'avoir des revenus assurés à vie pour compléter des retraites plus faibles. A 65ans, un homme a une espérance de vie de vingt-quatre ans, et une femme, de vingt-sept ans», rappelle Nicolas Deschamps. Peut-être est-ce pour cela que les versements sur les Perp ont augmenté de 3 % sur les six premiers mois de l'année.

LIRE AUSSI :

» La retraite à 62 ans dès la génération 1955

» Placement : le rachat de trimestres

» Préparer sa retraite tout en payant moins d'impôt


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.