Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retraite : comment choisir sa mutuelle

Le Figaro01/04/2016 à 20:43

Après avoir bénéficié d'une couverture santé avec une mutuelle d'entreprise, le passage à la retraite se profile. Devez-vous changer de complémentaire santé ou négocier un contrat individuel avec votre mutuelle actuelle ? Voici quelques pistes pour commencer à éclaircir cette question.

Depuis janvier 2016, les mutuelles d'entreprise ont de nouvelles obligations. Elles doivent proposer une assurance individuelle aux assurés bénéficiant d'un contrat collectif obligatoire et partant à la retraite. Lorsque les futurs retraités souhaitent rester adhérents, la mutuelle n'a pas le droit de refuser le maintien de leur contrat.

Toutefois, si le salarié a adhéré volontairement à une mutuelle facultative, la complémentaire santé est automatiquement rompue lors de la retraite. C'est donc le bon moment pour comparer les contrats ou faire appel à un courtier pour trouver la mutuelle la mieux adaptée à votre nouvelle situation. En effet, c'est souvent le moment de faire le point sur l'évolution de vos besoins d'assurance en tenant compte de votre nouvelle situation financière et familiale.

Maintien de la mutuelle de l'entreprise: à quel prix?

Pour conserver leur mutuelle d'entreprise, les futurs retraités doivent s'attendre à la payer plus cher. En effet, ils vont désormais avoir à leur charge leur part salariale et également la part patronale précédemment assumée par leur entreprise. Heureusement le législateur a prévu cette hypothèse: l'augmentation de cotisation est limitée à 50% du montant de la mutuelle (parts salariale et patronale cumulées).

Par exemple, si la cotisation à la mutuelle d'entreprise s'élevait à 100€ par mois (par exemple 50€ pour le salarié et 50€ pour l'entreprise), au moment du passage à la retraite la nouvelle cotisation ne peut pas dépasser 150€ par mois (100€ + 50%). Au moment de comparer les offres de complémentaire santé, tenez compte de cette augmentation probable de cotisation.

Le cas des mutuelles seniors

Comme leur nom l'indique, les mutuelles «seniors», sont conçues pour couvrir les besoins d'assurance santé des retraités. Ainsi, elles proposent un renforcement des garanties indispensables aux seniors: lunettes, hospitalisation, consultations plus fréquentes de médecins spécialistes (cardiologue, rhumatologue…).

Elles anticipent sur les futurs besoins de cette population en prenant mieux en charge les prothèses auditives, une aide-ménagère, la téléassistance à domicile… Elles renforcent aussi le confort du patient en proposant une chambre individuelle à l'hôpital, la prise en charge des frais de convalescence, les médecines alternatives, les cures de thalassothérapie ou de balnéothérapie.

Bon à savoir

Autre avantage de certaines mutuelles seniors: la garantie viagère. Cette formule accorde à l'adhérent l'ensemble des garanties prévues au contrat sans limite d'âge en contrepartie d'une augmentation progressive des cotisations. Vérifiez si votre futur contrat le prévoit.

Comment choisir?

Pour faire le bon choix, vous devez comparer plusieurs éléments comme l'augmentation ou non des primes au moment du passage en retraite, puis au fur et à mesure du vieillissement. Par ailleurs, en cas de changement de contrat soyez vigilant sur l'application ou non d'un délai de carence à tout ou partie des garanties après la souscription.

Vérifiez également le montant des remboursements de certaines garanties indispensables aux seniors. Parmi elles: les frais d'optique et dentaires, les appareillages auditifs, les frais d'hospitalisation et les frais d'assistance en cas de perte d'autonomie provisoire ou définitive.

Conseil

Cette réflexion peut aussi être confiée à un courtier. Il vérifiera l'intérêt des garanties par rapport aux besoins et s'assurera que le montant de la cotisation correspond à vos attentes.  

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.