Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Retraite au soleil? De plus en plus de seniors tentés par l'expatriation

RelaxNews30/03/2015 à 21:28

Les seniors représentent 14% des expatriés français. racorn/shutterstock.com

(AFP) - Un retraité sur dix, soit 1,3 million de seniors percevant une pension française, choisit de passer ses vieux jours à l'étranger. Mais avant de s'expatrier un mot d'ordre s'impose pour un avenir sans nuages: bien préparer son départ.

Que faut-il savoir avant le grand saut? "Pas de problème pour le versement de sa retraite et de sa pension de réversion. Toutes sont exportables", précise à l'AFP Philippe Bainville de la Cnav (Caisse nationale d'assurance vieillesse), à l'exception de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ex minimum vieillesse).

Un impératif absolu: transmettre sa nouvelle adresse à sa caisse régionale. Le retraité expatrié doit aussi signaler tout changement de coordonnées bancaires.

Chaque année, il devra aussi fournir à sa caisse de retraite un "justificatif d'existence" afin que sa pension lui soit payée, quel que soit le pays étranger de résidence.

Les prélèvements sociaux sont aussi différents: plus de CSG ni de CRDS, mais une cotisation d'assurance maladie de 3,2% sur la pension de base qui permet aux retraités résidant en Europe (UE, EEE, Suisse) de revenir en France se faire soigner. 

Ces 1,3 million de retraites du régime général de la Sécurité sociale étaient versées en 2014 dans 180 pays, quelle que soit la nationalité des pensionnés. Les chiffres sont à peu près équivalents pour les régimes complémentaires, relève M. Bainville.

"Je suis à la retraite le 1er avril ! Je vais acheter une maison dans le sud du Portugal pour y passer plusieurs mois de l'année", explique à l'AFP Bernard Delattre, 63 ans. 

Pourquoi le Portugal ? "A cause du climat, du coût de la vie, de la stabilité politique de ce pays, proche de la France et de sa culture", poursuit-il. Sa compagne, un peu plus jeune, conservera sa résidence principale en France.

Ce que ne détaille pas cet ex-gérant de société bourguignon, c'est le généreux cadeau de Lisbonne qui accorde l'exemption fiscale complète sur les pensions privées (pas sur les biens et placements) pendant dix ans, à condition de résider au moins 6 mois dans le pays. 

Une aubaine qui explique en partie la ruée des têtes blanches vers la patrie du fado.

Cependant, au-delà de cette décennie privilégiée, le taux d'imposition est élevé au Portugal. 

 

- Pas de double imposition- 

"Moi, je vais vendre mon riad à Marrakech pour vivre en Algarve", avoue une retraitée parisienne sous couvert d'anonymat, lors du salon "S'expatrier mode d'emploi". Le Maroc restait il y a peu l'une des destinations privilégiées des retraités français, détrôné par le Portugal. Le Vietnam, la Thaïlande ou le Cambodge attirent aussi de nombreux retraités. 

Avec une progression de 11,65% entre 2013 et 2014, (251.223 expatriés de plus de 60 ans en 2014 contre 225.000 en 2013), selon le ministère des Affaires étrangères, les seniors représentent 14% des expatriés français.

Parmi eux, une majorité de retraités mais aussi de "jeunes seniors" actifs qui souhaitent donner un nouveau souffle à leur carrière. On compte 24% de plus de 65 ans actifs à l'étranger, contre 2% en France...

Côté impôts, "il existe de très nombreuses conventions fiscales bilatérales pour éviter la double imposition", indique à l'AFP Serge Desclaux, administrateur des finances publiques, responsable du pôle gestion fiscale de la Direction des résidents à l'étranger. 

"Les retraites de droit privé sont par principe imposables au lieu de résidence. Si un Français s'expatrie en Thaïlande, il déclarera ses pensions françaises dans ce pays --idem dans d'autres-- et ne payera plus d'impôt sur le revenu en France".

En revanche, s'il s'agit d'une pension publique (fonctionnaires), les retraites sont déclarées et imposées en France. Si le retraité expatrié conserve un logement en France et le loue, il déclarera aussi ses revenus fonciers dans l'Hexagone.

Serge Desclaux conseille vivement aux candidats au départ de créer leur espace personnel sur le site www.impot.gouv.fr. "Toute la gestion fiscale pourra se faire par internet, sans embrouille".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.