1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réquisition de logements vacants: l'idée n'est pas nouvelle
Le Figaro28/10/2012 à 17:10

En 1995, le président Chirac ordonne la réquisition de plus de 800 bureaux pour loger des familles en difficulté. Six ans plus tard, c'est la socialiste Marie-Noëlle Lienemann qui engageait la même action. » Logements vacants: Duflot pas contre une réquisition

«La multiplication dans les villes de panneaux indiquant des surfaces de bureaux ou de logements à louer est une véritable provocation.» En 1994, Jacques Chirac, alors maire de Paris, avait réclamé du gouvernement Balladur qu'il prenne des mesures pour transformer ces bureaux vides en logements. «La présence de milliers de mètres carrés vacants apparaît comme une source de conflit, a-t-il ajouté dans une interview au quotidien InfoMatin. Elle ne peut que créer un malaise politique et faire craindre des actions incontrôlées. Pour des milliers de mal-logés ou de sans-abri, cette situation est extrêmement choquante.»

Quelques mois après son élection à la présidence de la République, Jacques Chirac ordonne la réquisition d'un peu plus de 800 logements vacants situés pour la majorité d'entre eux dans les arrondissements du centre et de l'ouest de Paris et appartenant à des banques et des compagnies d'assurance, pour installer des familles en difficulté. Ces logements ont été réquisitionnés pendant cinq ans puis rendus à leur propriétaire.

En 2001, Marie-Noëlle Lienemann, secrétaire d'État au Logement du gouvernement Jospin, annonçait la réquisition de 146 logements à Paris et en Ile-de-France. En principe, au-delà d'une période de cinq à sept ans, ils auraient dû être restitués libres de toute occupation à leur propriétaire. Mais les pouvoirs publics ont décidé de pérenniser leur statut social et d'inciter les propriétaires à vendre leurs biens aux bailleurs sociaux. «Cela évitait de déraciner une nouvelle fois des ménages souvent très démunis, qui ont réussi à s'intégrer dans leur nouvel environnement, a-t-on expliqué à la Préfecture de Paris. Cela permet également d'augmenter la production de logements sociaux dans des quartiers ou arrondissements où elle est traditionnellement faible.»

LIRE AUSSI:

» Logements vacants: Duflot pas contre une réquisition

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • j.delan
    29 octobre17:10

    AERIUM : en réponse à votre question : le frère de l'assassin CANTAT

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer