Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Rénovation énergétique: les aides prolongées à cause du coronavirus
information fournie par Le Figaro03/04/2020 à 06:00

La rénovation thermique a dû s’adapter à la période de confinement rendue nécessaire par l’épidémie de coronavirus (Crédits photo : Pixabay - AKuptsova)

La rénovation thermique a dû s’adapter à la période de confinement rendue nécessaire par l’épidémie de coronavirus (Crédits photo : Pixabay - AKuptsova)

Deux arrêtés récents prolongent les offres destinées aux travaux d'isolation et de changement de chaudières. Et en changent plusieurs modalités. Explications.

Comme de très nombreuses activités, la rénovation thermique a dû s'adapter à la période de confinement rendue nécessaire par l'épidémie de coronavirus. Résultat: deux arrêtés publiés le 1er avril prolongent jusqu'à fin 2021 le dispositif «coup de pouce», permettant de disposer d'aides pour les travaux d'isolation et pour les changements de chaudière.

Pour rappel, le dispositif repose sur des Certificats d'économie d'énergie, permettant à des acteurs privés, signataires de la charte “Coup de pouce”, de proposer des travaux d'économies d'énergie à des particuliers. Dans certains cas, les aides et les primes permettent de faire tomber le reste à charge à 1 euro, d'où ces offres «chaudières à 1 euro» ou «combles à 1 euro».

Au passage, ces coups de pouce ont été élargis aux copropriétés qui remplacent une chaudière au fioul. L'arrêté définit une série de conditions assez restrictives pour en bénéficier: l'aide doit notamment être demandée dans le cadre d'une rénovation globale et le changement doit concerner «tous les équipements de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire au charbon ou au fioul non performants (toute technologie autre qu'à condensation)» .

Chute jusqu'à 50% pour l'isolation des caves

Mais à côté de cette création, le dispositif prévoit aussi une forte diminution des «coups de pouce» consacrés à l'isolation des planchers bas (et non des combles). Le forfait pour ces opérations baissera de 50% pour les ménages «standards» et de 35% pour ceux en situation de précarité énergétique, selon la société Effy. Ils s'alignent ainsi sur ceux de l'isolation des combles et toitures, soit 20€/m² pour les ménages en situation de précarité énergétique et 10€/m² pour les autres.

Il est vrai que cette activité a connu de nombreuses arnaques et malfaçons et fait l'objet de nombreux signalements par des clients mécontents. L'idée semble donc d'assainir le secteur qui au vu de la rentabilité de l'activité avait attiré certains entrepreneurs peu scrupuleux. Résultat: il ne sera sans doute plus possible de descendre à 1 euro pour des travaux de qualité.

Au passage, le gouvernement en profite pour renforcer les obligations de contrôle et de transparence de ces activités de rénovation énergétique. Désormais, l'organisme demandeur de CEE est responsable des agissements de ses sous-traitants. Il devra notamment contrôler et faire respecter le délai de rétractation de 7 jours obligatoire entre la date de signature du devis et le début des travaux, doubler le volume minimal de chantiers contrôlés, ou encore s'assurer qu'il n'y a pas de démarchage commercial abusif et verser la prime énergie dès que la demande est déposée (et non pas une fois que les travaux sont réalisés et le dossier validé).

0 commentaire

Annonces immobilières