Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Règles prudentielles : le FMI plaide pour la souplesse

Le Figaro 10/04/2012 à 20:45
Le Fonds monétaire international s'inquiète de l'envolée du prix des actifs «sûrs».

L'offre d'actifs sûrs diminue «car les secteurs publics et privés sont de moins en moins en mesure d'en produire» constate l'institution! Poussé par la forte demande des investisseurs, le prix de ces actifs s'accroît inévitablement. Cela aboutira à «des poussées de volatilité dans le court terme et à des pénuries de garanties de haute qualité», craint le FMI. Il invite donc les autorités à assouplir leurs politiques «pour concilier le souci de solidité des institutions financières et les coûts liés au risque d'une acquisition par trop hâtive d'actifs sûrs».

Les actifs «sûrs» ont changé

Il ne fait que dire tout haut ce que de nombreux professionnels ne cessent de répéter tout bas depuis des mois. À l'instar des assureurs, sommés de déserter les marchés d'actions pour se réfugier sur les emprunts d'État, et se préparer à l'entrée en vigueur de la future réglementation Solvabilité II.

Mais les investisseurs institutionnels, de leur côté, cherchent déjà des parades: depuis la crise, leur définition des actifs «sûrs» a changé. Avant, à leurs yeux, seuls les emprunts d'État de la zone euro méritaient ce titre. Désormais, ce sont ceux de l'Allemagne, de la France ou des États-Unis. «La dette des entreprises bien notées est aussi désormais considérée comme un actif sécuritaire, alors qu'elle était auparavant considérée comme un actif risqué», observe Franck Nicolas, directeur de l'allocation globale et ALM chez Natixis AM. Mais en parallèle, les investisseurs ont considérablement élargi la gamme des placements à risque. Jusqu'à la crise, ils s'aventuraient rarement sur les hedges funds, la dette des pays émergents et les obligations d'entreprises les plus mal notées. Désormais, ils ont droit de cité dans leurs portefeuilles.

LIRE AUSSI:

» Un nouvel outil de couverture sur la dette française

» Les emprunts à 100 ans du chancelier de l'Échiquier

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.