Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Régler ses impôts au bureau de tabac, bientôt une réalité ?
Boursorama avec Newsgene10/12/2018 à 15:07

(Wikimedia / Danielclauzier)

(Wikimedia / Danielclauzier)

Le Sénat examine, ce lundi 10 décembre, un texte déjà voté par les députés interdisant le paiement en espèces des taxes, impôts et amendes dans les centres des finances publiques. Le gouvernement pourrait confier cette tâche aux buralistes. Cette mesure permettrait de réaliser des économies, selon Bercy. 

Le Sénat va se penche ce lundi 10 décembre sur l'article 63 du projet de loi de finances. Déjà voté par les députés, il vise à interdire le paiement en espèce des impôts, taxes et amendes au guichet des centres des finances publiques, rapporte Le Parisien.

Six millions d'euros d'économie

Les agents des impôts n'ayant plus l'autorisation de manipuler de l'argent liquide, cette tâche reviendrait à des prestataires choisis après un appel d'offres qui sera lancé début 2019. Les buralistes seraient sur les rangs, tout comme La Poste selon le ministère des Finances.

« La manipulation des espèces est une plaie pour les agents, une mission pénible et qui prend un temps fou », justifie Bercy. Les autorités auraient donc décidé que les agents de la direction générale des finances publiques (DGFIP) ne manipuleraient plus d'espèces. La commission des Finances du Sénat a calculé que « la réforme proposée se traduirait par une économie immédiate de 125 ETPT (emplois équivalents temps pleins travaillés) et 6 millions d'euros en 2019 ».

Encore 530 000 encaissements en liquide pour payer l'impôt

Cela fait déjà plusieurs années que les trésoreries n'acceptent plus le liquide pour les sommes dépassant 300 euros. Mais, « en 2017, 530 000 encaissements en numéraires ont été réalisés auprès des directions départementales des finances publiques, pour permettre aux particuliers de payer leurs impôts, et 500 000 pour leur permettre de payer leurs amendes », avait souligné Valérie Rabault (PS), membre de la commission des Finances, rappelle Le Parisien. C'est encore beaucoup trop pour le gouvernement.

Les syndicats des agents des impôts affichent leur scepticisme craignant que ce transfert n'occasionne un coût supplémentaire pour la collectivité. Du côté du Sénat, on pointe du doigt la difficulté pour le futur prestataire de « répondre aux questions des contribuables ». Le respect du secret fiscal est également un enjeu essentiel de cette mesure. Le texte prévoit ainsi que les prestataires choisis devront se soumettre au respect d'un secret professionnel.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gstorti
    10 décembre15:22

    Quel impots, ils sont tous soit prélevé sur compte bancaire, soit bientot à la source, la taxe d'habitation, apparemment étant suprimé, je vois vraiement pas quels sont les impots qui resterons en espèces... bizarre, bizarre, comme c'est bizarre, bizarre, bizarre, vous avez dis bizarre?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer