1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme des retraites : Macron et Philippe au diapason contre les positions de Delevoye
Boursorama avec AFP Services08/11/2019 à 11:55

Le haut commissaire à la réforme des retraites a estimé que la "clause du grand-père" était "impossible" à appliquer. Des propos qui ont agacé le couple exécutif. 

Le couple exécutif a sèchement recadré le haut commissaire à la réforme des retraites jeudi 8 novembre lors du conseil des ministres. ( POOL / LUDOVIC MARIN )

Le couple exécutif d'un côté, le haut-commissaire à la réforme des retraites de l'autre . Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont sèchement recadré les positions de Jean-Paul Delevoye sur la réforme des retraires exposées dans Le Parisien mercredi.

Interrogé sur ce qu'on appelle la "clause du grand-père" , Jean-Claude Delevoye avait affirmé que "cela reviendrait à créer un quarante-troisième régime". "C'est impossible ! Si on fait la 'clause du grand-père' pour une profession, il faut la faire pour tout le monde, question d'équité, ça veut dire que l'on renonce à la réforme" , a-t-il tranché dans les colonnes du Parisien mercredi 7 novembre.

La "clause du grand-père", un joker pour Macron

Le président Emmanuel Macron avait au contraire laissé entendre le 28 octobre qu'il pourrait privilégier cette piste pour la réforme qui doit créer un système de retraite "universel" par points, se substituant aux 42 régimes existants. Idem du côté du Premier ministre mercredi soir sur BFMTV. Édouard Philippe avait indiqué que le gouvernement avait "ouvert toutes les pistes s'agissant de la transition" vers un nouveau système. Y compris d'avoir recours à "la clause du grand-père" qui permettrait d'appliquer le nouveau régime universel de retraites aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail.

Interrogée sur des divergences supposées au sein du gouvernement, Sibeth Ndiaye a fait valoir à l'issue du Conseil des ministres jeudi 8 novembre que "c'est le Premier ministre qui est le chef du gouvernement et qui à ce titre met en œuvre la politique qui lui est demandée par le président de la République". "Tout est ouvert, y compris sur les sujets de transition", a estimé la porte-parole du gouvernement, estimant que "M. Delevoye a indiqué une préférence qui était la sienne pour que l'on puisse avoir une transition qui ne soit pas trop longue".

Macron et Philippe excédés

Mais en coulisse, le racadrage d'Édouard Philippe et Emmanuel Macron aurait été plus musclé. Selon franceinfo , le Premier ministre ne digère pas qu'un membre du gouvernement puisse "acter ainsi publiquement son désaccord sur un sujet aussi explosif" que la réforme des retraites. Le ton est aussi sévère du côté d'Emmanuel Macron. " Je vous demande de ne pas expliquer dès maintenant ce que serait une bonne ou une mauvaise réforme en dehors de ce que disent le président de la République ou le Premier ministre ", a tâclé le président. 

Vendredi, l'entourage de Jean-Paul Delevoye désamorçait. Le haut-commissaire aux retraites se "rangera derrière la décision du président, du Premier ministre et du Parlement"  concernant l'application ou non du futur "système universel" aux seuls nouveaux entrants du marché du travail, a indiqué son entourage vendredi à l'AFP.

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    11 novembre13:21

    Aligner en tout les R.S. et public (fonctionnaires) sur le privé. A LIRE: https://sauvegarde-retraites.org/article-retraite.php?n=868 "Ainsi, les régimes spéciaux - qui regroupent moins du cinquième des retraités (16,9 %) - allouent à leurs bénéficiaires plus du tiers des prestations totales (39,1 %)" "165,5 milliards d'euros répartis entre les 13 millions de retraités du régime général, contre 80 milliards d'euros attribués aux 4 millions de bénéficiaires des régimes spéciaux !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer