1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme des retraites : les 9 questions auxquelles Edouard Philippe va devoir répondre
Le Parisien08/12/2019 à 22:07

Réforme des retraites : les 9 questions auxquelles Edouard Philippe va devoir répondre

Mais qu'est-ce qui attend les futurs retraités ? Un premier coin du voile sur la réforme des retraites sera levé ce lundi 9 décembre, à 15h30, par le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, suivie mercredi d'un exposé détaillé par le Premier ministre, Edouard Philippe. Après dix-huit mois de réflexions, concertations et tergiversations, les Français vont enfin savoir ce que le gouvernement réserve à leur régime de retraite. D'ici-là, les questions se bousculent et il n'est pas certain que toutes les réponses attendues soient connues. Revue de détail des inquiétudes et incertitudes.1. Quel âge de départ ?Emmanuel Macron l'a dit alors qu'il était encore candidat à la présidentielle et l'a répété plusieurs fois depuis : pas question de toucher à l'âge légal de départ en retraite qui devrait être maintenu à 62 ans.2. Âge pivot de départ ou durée légale de cotisation ?A côté de l'âge légal, il y a l'âge pivot, celui à partir duquel chacun pourra partir avec une pension à taux plein. Aujourd'hui, c'est, selon les cas, 63 ans, voire 67 ans. Jean-Paul Delevoye a préconisé dans son pré-rapport de juillet 2019 de porter cet âge pivot à 64 ans pour tous. Ceux qui partiraient plus tôt subiraient une décote. Jugé « injuste » par les syndicats, ce dispositif permettrait de retarder les dépenses de la Caisse nationale d'assurance vieillesse à laquelle il manquera autour de 9 milliards d'euros en 2025 pour boucler son budget annuel, selon le Conseil d'orientation des retraites (COR). Mais le président Macron s'oppose à un âge pivot pour tous, préférant le système actuel, quitte à renégocier avec les partenaires sociaux un allongement de la durée légale de cotisation. Option qui permettrait aux actifs précoces de partir dès 62 ans ou 63 ans, avec pension complète, en préservant les comptes de la Sécu. LIRE AUSSI > « Systémique », « points », « pivot » : 10 ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer