1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme des retraites : le voile est loin d'être levé
Le Parisien19/07/2019 à 06:01

Réforme des retraites : le voile est loin d'être levé

Lever de rideau sous haute tension. Aux environs de 8h30 ce jeudi, Jean-Paul Delevoye qui réunissait les partenaires sociaux, a dévoilé l'une des pièces les plus sensibles du nouvel édifice du système de retraite universel par points : un système de décote surcote, autrement appelé bonus-malus qui sera fixé à 64 ans. Toutes les générations nées à partir de 1963 sont concernées. C'est donc la mise en musique d'un des mantras de l'exécutif : il va falloir travailler plus.La rumeur bruissait quelques heures avant. Et l'annonce n'a pas été une surprise pour les syndicats et le patronat réunis ce jeudi matin au ministère de la Santé et des Affaires sociales. Pendant deux heures, le haut-commissaire aux retraites a décliné ses recommandations avant de se rendre à Matignon. L'ancien chiraquien était attendu par le Premier ministre Edouard Philippe à qui il a remis son rapport.La veille, Jean-Paul Delevoye avait usé d'une prudence de sioux en faisant la tournée des syndicats et du patronat, distillant au compte-gouttes les informations sur ce qu'il comptait annoncer, à ses différents interlocuteurs. Des syndicats évidemment remontés, inquiets et sur la défensive. Mais certains, la CFDT et Unsa en tête, espèrent encore peser sur la rédaction du futur projet de loi.La retraite à 62 ans est enterréeQuelles sont leurs marges de manœuvre ? Elles sont étroites, car une grande partie de ce qui pouvait être lâché aux syndicats figure déjà dans le rapport. Les dés sont joués sur l'âge d'équilibre (ou âge pivot), fixé à 64 ans à travers un système de bonus-malus. C'est un passage obligé voulu par l'exécutif et Bercy, au nom de « l'équilibre du système ». Si la future réforme des retraites maintient le totem social de l'âge légal du départ à 62 ans, dans les faits, il s'agit donc bien de sa mort annoncée.Concrètement, ceux qui partiront avant 64 ans verront le rendement de leur future ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • c.voyant
    21 juillet16:04

    Avec un million de chômeurs en moins se serait autant de cotisation sociales en plus, et le problème des retraites serait résolu, c'est bien l'incurie de ce gouvernement complètement dépassé à résoudre les problèmes, qui est la cause de la souffrance des Français.La paupérisation des Français va encore empirer avec la mondialisation voulu par Macron.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer