Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Réforme des retraites : Gérald Darmanin ne veut pas entendre parler de la « clause du grand-père »
information fournie par Boursorama avec Newsgene25/11/2019 à 14:04

Réforme des retraites : Gérald Darmanin ne veut pas entendre parler de la « clause du grand-père »

Réforme des retraites : Gérald Darmanin ne veut pas entendre parler de la « clause du grand-père »

Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, a confirmé que la « clause du grand-père » ne pourrait pas être appliquée dans le cadre de la réforme des retraites. Le futur système se veut universel et s'appliquera à tous à partir de 2025.

Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, a assuré qu'il était impossible d'appliquer la « clause du grand-père » dans le cadre de la réforme des retraites. Le nouveau système s'appliquera donc à tous les Français et pas seulement aux nouveaux entrants sur le marché du travail, a-t-il indiqué ce dimanche 24 novembre sur le plateau de BFMTV . « On ne peut pas dire dans 30 ans il y aura une réforme, il y a un problème maintenant, mais on décidera dans 30 ans, c'est objectivement pas possible » , a souligné le ministre.

Le gouvernement ne veut pas attendre 30 ans

Le gouvernement aurait un temps envisagé la mise en application de cette « clause du grand-père », selon une information de l'hebdomadaire Le Point révélée le 23 novembre dernier. Le nouveau régime universel par points promis par Emmanuel Macron ne se serait alors appliqué qu'aux nouveaux entrants sur le marché du travail à la date de sa mise en place, soit en 2025. Seuls les jeunes nés à partir du début des années 2000 auraient donc été concernés.

« Il y a trois enjeux dans la réforme. Il faut d'abord qu'elle soit universelle » , a expliqué le ministre. « Si on faisait la "clause du grand-père", ce serait dans 30 ans qu'on aurait une réforme des retraites. Ce n'est pas possible » , a-t-il ajouté.

Gérald Darmanin n'a cependant pas fermé la porte à une concertation : « Qu'il y ait un moment de négociation évidemment, c'est pour ça qu'il faut d'ailleurs concerter et discuter, ça c'est le Premier ministre et le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye qui le feront ».

24 commentaires

  • 25 novembre17:04

    brun2083 aux USA lorsqu'is ont décidé de taxer jusqu'a 90% les revenus ils ont aussi quelques temps aprés mis en oeuvre une solution pour éviter l'exode fiscale :l'impot suivant la nationalité. Si avec ce que tu gagnes tu aurais du payer 100 a ton pays mais que tu paies 30 ailleurs alors tu dois 70 a ton pays .A moins de renoncer à ta nationalité. Et ça fonctionne trés bien depuis 1962...


Annonces immobilières