Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quels sont les risques couverts par la prévoyance ?

Boursorama avec Pratique.fr10/09/2015 à 15:34

La prévoyance est avant tout un terme générique. Il désigne en réalité et en premier lieu une assurance très répandue, et destinée à pallier les accidents dus au travail. Mais que couvre-t-elle, exactement ?

Quelle couverture pour la prévoyance

En priorité : invalidité, incapacité de travail et décès

Il faut savoir qu'à l'origine, on entend davantage par « prévoyance » les risques liés à l'âge, comme la dépendance. Mais avec le temps, on a désormais tendance à plutôt l'appliquer au monde du travail. Ainsi, dans tous les contrats, sauf exception, les assurances prévoyances prennent en charge trois événements susceptibles d'être dus à l'exercice d'une activité.
Ce socle de base est regroupé sous le nom de « garanties Décès et Invalidité absolue et définitive (IAD) ». À noter que le second peut également être appelé « Perte totale et irréversible d'autonomie (PTIA) ».
Le plus grave et le plus redouté parmi les résultats d'un accident, c'est bien entendu le décès de la personne. De son vivant, la personne versait des cotisations, qui doivent revenir à un bénéficiaire désigné dans le contrat. C'est donc ce que réalise la compagnie en cas de décès.
Il existe également l'invalidité, c'est-à-dire la perte partielle ou totale d'autonomie. Ces personnes sont regroupées en 3 catégories, où la troisième ne peut plus assurer les gestes de la vie quotidienne.
Enfin, l'incapacité de travail ne doit pas être confondue avec l'invalidité. Aux yeux de la loi, il est question d'une « incapacité à physique constatée par le médecin de continuer ou de reprendre le travail ». Il n'est donc pas question d'invalidité, mais d'inaptitude : ce peut être, par exemple, le développement avec le temps de maladies psychiques, ou de maladies cardiovasculaires, par exemple.
Dans ces 3 cas, la priorité est d'assurer le maintien des revenus de la personne, mais aussi de son entourage.

Il existe des complémentaires ?

Le contrat de prévoyance se définit déjà en lui-même comme une complémentaire de la sécurité sociale : il est bien question d'apporter des garanties supplémentaires par rapport au socle que l'assurance maladie peut proposer, ou par rapport aux garanties fournies par la prévoyance collective de l'employeur.
Cependant, on peut toujours, de sa propre initiative, trouver des possibilités d'améliorer les garanties de son contrat, et de s'en ouvrir de nouvelles. Mais cette fois, les offres diffèrent selon les contrats, et surtout selon les compagnies.
Par exemple, certaines peuvent prendre en charge la maternité, d'autres non. Mais il peut aussi y avoir des compromis, avec la prise en charge des grossesses pathologiques uniquement. Par conséquent, l'idéal ici reste encore de se renseigner auprès de son assureur sur ce qu'il peut vous proposer.

Trucs et astuces

Nombre de paramètres peuvent être définis dans un contrat de prévoyance, et notamment la façon dont vous voulez être remboursé. Il n'est pas bête de réfléchir à la bonne méthode : par rente ou par capital (versement en une fois). En effet, le capital peut être un moyen de payer des frais suivant directement l'accident, tandis que la rente peut servir à maintenir un niveau de vie stable dans les mois qui le suivent.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.