Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quelle stratégie adopter pour vos donations en famille

Le Figaro09/05/2015 à 06:00

Dons d'argent, dons manuels, donations simples ou donations-partages… Vous disposez de nombreux outils pour vous montrer généreux. Profitez du choix qui vous est offert pour opter pour la forme la mieux adaptée à votre famille.

1Peut-on donner de l'argent sans recourir à un notaire?

Vous n'êtes pas obligé de vous adresser à un notaire pour établir un acte de donation. Chaque bénéficiaire peut simplement déclarer au fisc le don qu'il a reçu (sur un formulaire Cerfa n° 11278*13, disponible en ligne sur le site service-public.fr). Ils n'auront aucun droit à payer si le montant reçu ne dépasse pas l'abattement accordé entre parent et enfant (100. 000 €). Vous pouvez même bénéficier d'un abattement supplémentaire spécifique de 31 .865 € réservé aux dons d'argent, si vous avez moins de 80 ans et si vous donnez à un enfant majeur. Cet enregistrement auprès des services fiscaux permet de faire courir le délai de quinze ans, au terme duquel ces abattements se reconstituent, permettant de nouvelles donations, sans droits à payer. Ces dons sont en principe pris en compte au moment de la succession. Le montant reçu vient en déduction de la part d'héritage revenant à chaque enfant. Cela peut soulever des difficultés si vos enfants réinvestissent ces sommes (dans un logement ou une entreprise par exemple).

En revanche, c'est sans risque si vous avez donné des sommes équivalentes et de montant raisonnable, à chacun de vos enfants et s'ils les ont dépensées (études, meubles ou équipements courants, voiture…).

2 Quel type de donation choisir pour aider un enfant à se loger?

Pour donner un logement, un acte notarié est indispensable. À défaut, la donation n'aura aucune valeur. Mieux vaut aussi recourir à une donation notariée si vous donnez à vos enfants de l'argent pour acheter un appartement ou si vous leur donnez un bien qui peut prendre de la valeur (titres boursiers, objets d'art…). Dans ce cas, privilégiez la donation-partage, qui présente l'avantage de figer les valeurs des biens ou des sommes données au jour de la donation. On ne tiendra pas compte de leur valeur au jour de votre décès pour le partage de votre succession, comme c'est, en revanche, le cas pour les donations simples. Les donations-partages sont aussi vivement recommandées dans le cadre des familles recomposées, car elles sécurisent l'acte et évitent les conflits futurs.

3 Comment donner à ses petits-enfants?

Vous pouvez leur donner, sans aucun droit à payer, jusqu'à 31 .865 €, quel que soit le bien, et 31. 865 € de plus, s'ils sont majeurs et si vous avez moins de 80 ans, à condition de leur donner de l'argent. En veillant toutefois à ne pas empiéter sur les droits de vos enfants qui sont, aux yeux de la loi, des héritiers privilégiés (réservataires). Vous pouvez aussi mettre à profit leurs anniversaires, Noël, la réussite à un examen pour leur donner de l'argent, un bijou, une œuvre d'art, une voiture… sans que ce soit considéré comme une donation taxable. On parle dans ce cas de présent d'usage. «Les présents d'usage doivent être d'un montant raisonnable par rapport au train de vie du donateur, c'est-à-dire qu'ils ne doivent pas l'appauvrir, et ils doivent être réalisés pour une grande occasion», rappelle Me Nathalie Couzigou-Suhas, notaire à Paris.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.