Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quelle fiscalité pour l'assurance-vie ?

Le Figaro24/05/2012 à 19:34
Les prélèvements sociaux représentent une part croissante de la ponction fiscale que subissent les contrats d'assurance-vie. Voici un récapitulatif des règles qui régissent les prélèvements sociaux sur ces contrats.
Quels sont ces prélèvements sociaux?

On regroupe sous l'appellation de prélèvements sociaux l'ensemble des prélèvements opérés sur les placements en plus de l'impôt sur le revenu. Ils servent en effet à financer les régimes de protection sociale, comme l'assurance maladie. Ces prélèvements sociaux regroupent:

-la CSG à 8,2% dont 5,8% seront déductibles l'année suivante,

-CRDS de 0,5%,

-prélèvement social de 3,4%,

-contribution additionnelle au prélèvement social de 0,3%,

-contribution au financement du RSA: 1,1%.

À noter: la CSG n'est déductible des revenus de l'année suivante que si elle a frappé des revenus imposés au barème progressif de l'impôt sur le revenu. Si l'assuré a choisi une imposition au PFL (prélèvement forfaitaire libératoire), la CSG correspondante ne sera alors pas déductible.

Contrats multisupports: plus avantageux jusqu'en 2011

Jusqu'à la réforme de 2010, les contrats d'assurance-vie étaient soumis aux prélèvements sociaux suivant des modalités différentes selon qu'ils étaient monosupport ou multisupports. En effet, les prélèvements sociaux étaient prélevés:

-chaque année sur les produits des contrats monosupport

-mais seulement au moment d'un rachat (un retrait) s'il s'agissait d'un contrat multisupports.

Or, si un contrat multisupports était dénoué par le décès de son titulaire, les sommes étaient transmises sans que les prélèvements sociaux soient perçus sur les gains de ce contrat. Ainsi, un contrat sur lequel l'assuré n'avait effectué aucun rachat était définitivement exonéré de prélèvements sociaux en cas de décès.

Les contrats multisupports étaient donc plus avantageux, surtout que rien n'empêchait en pratique d'investir l'intégralité de l'épargne en fond euro, comme si le contrat était monosupport.

L'imposition de l'assurance-vie en cours de contrat

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010 a modifié les modalités d'imposition des contrats multisupports. Ainsi, désormais, les prélèvements sociaux sont prélevés chaque année sur la part de fonds euro de ces contrats. On peut donc retenir que les prélèvements sociaux sur le fond euro sont donc appliqués chaque année, que ce fond euro soit dans un contrat monosupport ou multisupports.

En revanche, concernant la partie investie en unités de compte (c'est-à-dire en SICAV ou en FCP) des contrats multisupports, les gains correspondants restent soumis aux prélèvements sociaux au moment du retrait. Ces prélèvements sociaux sont donc payés en même temps que l'impôt sur le revenu correspondant.

À savoir: la fiscalité de l'assurance-vie après 8 ans n'est pas la même selon que l'on parle d'impôt sur le revenu ou de prélèvements sociaux. En effet, l'abattement de 4600€ ou 9200€ sur les produits du contrat ne concerne que l'impôt sur le revenu, pas les prélèvements sociaux. Ceux-ci s'appliquent donc sans abattement.

L'imposition de l'assurance-vie en cas de décès

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010 a aussi instauré une mesure destinée à supprimer le régime avantageux dont bénéficiaient de fait les contrats multisupports en cas de décès. Par conséquent, lors du dénouement du contrat suite à décès de l'assuré, les contrats multisupports sont désormais soumis aux prélèvements sociaux.

En pratique, la compagnie calcule donc les gains du contrat et prélève à la source ces taxes avant de verser les capitaux aux bénéficiaires. Cette disposition s'applique aux intérêts inscrits en compte à partir du 1er juillet 2011.

Bien sûr, il est tenu compte des prélèvements sociaux déjà prélevés chaque année sur le fond euro de ces contrats.

À noter: en cas de décès, les contrats d'assurance-vie sont donc à la fois soumis aux prélèvements sociaux (sur les produits des unités de compte) et aux éventuels droits de succession ou taxes.

LIRE AUSSI:

» Les avantages de l'assurance-vie à chaque étape de la vie

» Comment contester un contrat d'assurance-vie

SERVICE:

» Profitez d'une assurance-vie performante avec CPLUSSUR.COM


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.