Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

PTZ, simplification des normes... : les principales mesures de relance de la construction

RelaxNews25/06/2014 à 19:41

Le Prêt à taux zéro dans l'ancien sera de retour pour les achats en zones rurales. auremar /shutterstock.com

(AFP) - Le Prêt à taux zéro (PTZ) reprofilé, l'investissement locatif encouragé, les cessions de foncier public accélérées, les normes de construction simplifiées : voici les principales mesures de relance de la construction annoncées mercredi.

L'accession à la propriété favorisée

Souvent équivalent à l'apport personnel pour les primo-accédants, le prêt à taux zéro (PTZ) devrait bénéficier à davantage de ménages des classes moyennes et modestes. Dans certaines zones, le montant de l'achat pris en compte et la quotité du prêt seront relevés, le plafond de revenus sera élargi, tandis que le délai à partir duquel le remboursement commence sera allongé pour les ménages les plus modestes. Il sera aussi à nouveau ouvert à l'achat de logements anciens, mais de façon très ciblée : il ne concernera que les logements à réhabiliter en milieu rural, afin de "favoriser la revitalisation des centres bourg". Une liste des communes éligibles au PTZ dans l'ancien, à compter du 1er janvier 2015, sera publiée prochainement. L'objectif est d'augmenter de plus de 60% le nombre de PTZ distribués chaque année, qui passera de 44.000 à plus de 70.000.

L'investissement locatif encouragé

Le zonage du dispositif fiscal dit +Duflot+ sera révisé avant l'été pour "mieux prendre en compte la réalité de la tension du marché" et favoriser l'investissement locatif dans des métropoles telles que Lille, Lyon ou Marseille, où les loyers sont chers. Et un avantage fiscal supplémentaire sera octroyé aux bailleurs "faisant l'effort de loger plus longtemps des locataires avec un loyer plafonné". Cette prolongation (au-delà des 9 ans actuels où le bailleur bénéficie d'un abattement de 18% du prix d'acquisition) sera optionnelle pour l'investisseur. L'abattement supplémentaire, à l'étude, pourrait être de 1% par an.

La mobilisation du foncier public accélérée

Pour favoriser la cession de terrains de l'Etat à bas prix en faveur de la construction de logements, qui ne s'est concrétisée que par une dizaine d'opérations, une Commission nationale de l'aménagement, de l'urbanisme et du foncier, sera créée début juillet. Présidée par le sénateur Thierry Repentin, elle devra identifier les freins à lever pour les projets de cession de terrains prioritaires, désignés par les préfets, et ce dans "les régions où les besoins en logement sont les plus criants".

Les communes incitées à construire davantage de logements sociaux

Celles qui "n'ont pas fourni suffisamment d'efforts de rattrapage au cours des trois dernières années" pour atteindre le seuil de 25% de logements sociaux imposé par la loi SRU (depuis la loi du 18 janvier 2013), pourront voir leurs pénalités majorées. Le bilan triennal de l'application de la loi SRU est attendu à l'automne. Et un "suivi opérationnel" des projets de construction de logements sociaux sera assuré par les préfets, afin de trouver les solutions adaptées pour les débloquer, lorsque ce sera nécessaire. Une "aide au maire bâtisseur" est à l'étude, pour que l'Etat soutienne les collectivités souhaitant lancer des chantiers, mais confrontées aux coûts importants des équipements collectifs (crèches, gymnases..) qui vont avec.

La construction de logements intermédiaires encouragée

Le cadre juridique -- initié en février 2014 -- du logement intermédiaire (à mi-chemin entre le logement HLM et le logement privé) sera finalisé cet été par décret, avec des critères de loyers, de prix et de plafonds de ressources identiques au dispositif fiscal Duflot, et des "dispositions incitatives nouvelles". L'objectif est de construire 40.000 logements intermédiaires en cinq ans: à cette fin, l'Etat et la Caisse des dépôts prendront une participation au capital de la Société nationale immobilière (SNI), qui ainsi "prendra sa part dans l'effort de construction" en faveur de ce type de logements.

Le coût de la construction abaissé par une simplification des normes

50 mesures de simplification des normes de la construction, fruit de plusieurs mois de consultation avec les professionnels du secteur, seront mises en oeuvre "au plus tard à l'automne". Les normes électriques seront révisées, et certaines règles contraignantes seront supprimées, telles l'obligation de travaux pour la précision d'arrêt des ascenseurs, la règlementation thermique RT 2012 pour les extensions de bâtiments, ou la présence d'un sas obligatoire entre les toilettes et le séjour. L'accessibilité des logements sera "adaptée aux usagers, mais proportionnée pour ne pas induire des surcoûts prohibitifs". Un futur Conseil supérieur de la construction, évaluera l'impact économique de toute nouvelle norme.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.