Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Proposez votre voiture personnelle à la location

Le Figaro04/05/2011 à 20:54
Des sites Internet proposent à des propriétaires de voitures de louer leur véhicule à d'autres particuliers, le temps d'une course ou de vacances. Avec des économies à la clé pour tous les participants.

Posséder une voiture coûte de plus en plus cher. Non seulement les prix de l'essence se sont envolés, mais les dépenses d'entretien, l'assurance, les péages ou encore les taxes augmentent chaque année, comme le montre une étude de l'Automobile Club de France publiée jeudi. Pour tous ceux que ces coûts rebutent, de jeunes sociétés pensent avoir trouvé la solution: sur leur site Internet, elles mettent en relation les propriétaires de véhicules et les particuliers désireux d'en louer un. L'autopartage, qui permet à des particuliers de louer des véhicules en libre-service, comme c'est le cas avec Autolib à Paris, passe ainsi à la vitesse supérieure.

Le principe est simple: sur un site Internet, comme Voiture Lib, Livop et CityZenCar, le propriétaire indique les créneaux de disponibilité de son véhicule, dont l'état remplit certaines conditions. À leur tour, les locataires, préalablement inscrits sur le site, réservent la voiture pour quelques heures, jours ou semaines. Ensuite, la mise en relation dépend du site: Voiture Lib, pionnier du secteur en France depuis juin 2010, met en avant son côté communautaire. Les particuliers se rencontrent donc pour échanger un chèque de caution et les papiers du véhicule. Au contraire, chez Livop, aucune rencontre n'est prévue pour créer un «respect automatique», selon Kieran Connolly, fondateur de la société qui loue des voitures depuis décembre 2010. Pas d'échange de clés donc, mais un boîtier, la «Livop-box», installé sur la voiture et qui permet au locataire d'ouvrir celle-ci.

Enfin, le dernier-né, CityZenCar, qui est ouvert à la location depuis mi-avril, cherche à créer une «communauté de membres» entre voisins qui pourraient se prêter régulièrement leurs voitures. «On essaie que les gens construisent une relation sur notre site, et cela a plus de sens lorsqu'ils habitent dans le même quartier», explique David Laval, fondateur du site. CityZenCar propose d'ailleurs des forfaits pour s'abonner au service, comme un pass à 12 euros par mois pour le locataire. Le propriétaire peut, de son côté, équiper sa voiture d'un boîtier, facultatif mais pratique, à 49 euros par mois.

«Remplacer le deuxième véhicule»

Avec cette formule innovante, les pionniers du secteur soutiennent que tout le monde est gagnant. Pour les locataires de véhicules, c'est le moyen de «remplacer ce fameux deuxième véhicule qui représente une contrainte supplémentaire qu'on évalue à 5000 euros par an», explique Kieran Connolly. La voiture louée remplit les fonctions de véhicule d'appoint: faire quelques courses (surtout chez Livop qui loue à l'heure) ou partir en vacances (notamment chez Voiture Lib, où la durée moyenne de location est de 4 à 5 jours). Aussi, la concurrence ne viendrait ni de l'autopartage, ni des agences de location: «le vrai concurrent, c'est la voiture personnelle», affirme David Laval de CityZenCar.

Livop, qui compte 780 locataires et 280 propriétaires inscrits sur son site, met, par ailleurs, en avant ses prix fixes quel que soit la saison, qui s'échelonnent entre 3 et 10 euros l'heure, suivant la taille et l'ancienneté du véhicule. Voiture Lib revendique pour sa part des prix «40 à 50% plus bas» que chez les loueurs traditionnels. En moyenne, la location d'un véhicule sur le site, qui rassemble 5000 membres et un millier de véhicules à louer, revient ainsi à 25 euros la journée. Du côté des 3200 membres de CityZenCar, où 250 véhicules sont proposés, le propriétaire définit lui-même les prix et peut accorder des rabais à ses locataires.

Contrat d'assurance unique

«La difficulté, c'est la première fois», ajoute David Laval, soulignant qu'il est important de construire une relation de confiance avec son partenaire d'échange. Pour cela, chaque start-up met en avant son contrat unique négocié avec un assureur. Conséquence notable: la conduite du locataire n'a pas d'impact sur les bonus et malus du propriétaire du véhicule. Locataires et propriétaires sont, de plus, invités à s'attribuer mutuellement une note après l'expérience.

Les propriétaires des véhicules récupèrent également quelques sous grâce à leur véhicule, auparavant immobilisé. «Les propriétaires sont souvent des gens qui ont déjà des crédits. Ils viennent dans l'idée de partager, mais surtout de réaliser un petit gain», explique Kieran Connolly. «Ce ne sont pas des gens dans le besoin», précise Paulin Dementhon, mais une rentrée d'argent supplémentaire est la bienvenue. Chez Voiture Lib, le propriétaire le plus actif a réalisé un gain de 1000 à 1500 euros depuis juin 2010.

Cinq fois moins cher pour les loueurs

Enfin, pour les loueurs eux-mêmes, la formule est une aubaine: «L'idée, c'était de retirer ce qui coûte le plus cher: le financement des voitures, détaille Kieran Connolly, de Livop. Notre investissement, c'est la mise en place de la technologie [des boîtiers] et la gestion des contrats de location. Mais le coût mensuel pour financer une telle technologie revient en moyenne cinq fois moins cher que l'entretien d'une flotte chez un loueur traditionnel». Livop assure toutefois négocier auprès des carossiers et des garagistes des tarifs préférentiels pour ses propriétaires de véhicules.

Pour se financer, les start-up retirent de la transaction une commission, à hauteur de 30% chez Voiture Lib et de 50% chez Livop. Il n'y en a pas, en revanche, chez CityZenCar où les locataires doivent déjà payer le pass mensuel.

Les loueurs se veulent optimistes sur l'avenir du secteur: «Un grand loueur possède une flotte de 30.000 véhicules, note Kieran Connolly. Nous, si on équipe 1% du parc automobile français, on comptera 300.000 voitures. Soit dix fois plus». Reste à convaincre les particuliers que leur voiture peut aussi leur rapporter un peu d'argent...

VOTRE AVIS - Seriez-vous prêt à mettre votre propre voiture en location ? Faites-vous confiance à ce type de service ? Quel bénéfice y trouvez-vous ? Faites-nous part de vos réactions dans les commentaires ci-dessous ou à l'adresse temoin@lefigaro.fr.

LIRE AUSSI :

» Buzzcar, les particuliers prêtent aux particuliers


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.